Le bilan 2019 des violations des règles anti-dopage publié en cette fin d’année 2021 par l’Agence Mondiale Anti-Dopage révèle une situation contrastée qui ne peut que susciter des critiques, en particulier avec seulement 57% des contrôles positifs suivis par une sanction disciplinaire. L’athlétisme fait, à nouveau, figure de mauvais élève, alors que la France, comme les Etats-Unis, se distinguent par un net repli de leur activité anti-dopage.

Comme chaque année, c’est avec un décalage plus que conséquent que l’Agence Mondiale Anti-Dopage publie le bilan des violations des règles anti-dopage. Fin 2021, ce sont donc les chiffres de l’année 2019 qui apparaissent enfin au grand jour. Les éléments datent déjà, et ne dévoilent pas un revirement majeur de la lutte anti-dopage mondiale. Pour preuve, ce fameux 1%, qui correspond au pourcentage d’échantillons positifs constatés, en 2017, comme en 2019. Un tout petit nombre, peu en relation avec le constat de diverses études qui évoquent plutôt près de 30% (*) de sportifs utilisateurs de produits interdits.

Autre élément peu convaincant, celui du nombre de sanctions prononcées, qui, s’élève à seulement 57% des contrôles positifs. Certes ce pourcentage s’avère en petite augmentation, il était de 53% en 2017. Mais cela représente tout de même un grand nombre de cas de dopage qui passe à la trappe, soit à la faveur d’AUT, soit de différentes raisons, qui « interdisent » la sanction.

Et à ce petit jeu, les Etats-Unis s’avèrent particulièrement efficaces, et les chiffres témoignent de leur laxisme. Sur 11.213 échantillons collectés, 194 se sont révélés positifs, mais au bout du compte, seulement 35 suspensions ont été décidées, soit 18% ! Pourquoi ? Parce que 37 contrôles ont été justifiés par des AUT, mais surtout car l’USADA, l’agence américaine anti-dopage a estimé que dans 114 cas, il n’y avait pas matière à donner une suite sur ces échantillons positifs, et a ainsi classé ces cas.

Une attitude à l’opposé de celle de l’agence anti-dopage de l’Italie, qui n’hésite pas, elle, à mettre ses sportifs à l’index, et affiche un taux de 78% de sanctions prononcées… L’Italie compte ainsi parmi les leaders mondiaux en termes de sanctions, à quasi-égalité avec la Russie et l’Inde, et les chiffres 2019 témoignent d’une certaine régularité (154 cas en 2019 et 171 en 2017)

Elle se situe aux antipodes de la France, qui enregistre une chute spectaculaire de son nombre de cas positifs, passant de 128 cas en 2017 à 62 en 2019. Et les chiffres du rapport de l’AFLD sur l’année 2020, publiés en ce mois de juin 2021, ont confirmé cette tendance à la baisse des détections. Certes la crise sanitaire avait perturbé l’activité des contrôles en 2020, avec 18% de baisse, mais le nombre de Résultats anormaux avait diminué, lui de 57% en 2020 et de 79% depuis 2019.

L’athlétisme demeure à la deuxième place des sports les plus « dopés », avec 227 cas positifs, contre 272 au Body Building et 179 au cyclisme. La marque d’une pratique large du dopage chez les athlètes ? Peut-être, mais ces chiffres résultent bien sûr aussi de l’activisme important dans ce sport, avec 10.000 contrôles d’écart entre l’athlétisme et le cyclisme (34.576 contre 24.577). En toute logique, plus on cherche, plus on trouve !  

L’athlétisme s’affiche également comme le sport qui constate le plus grand nombre de violations « non analytiques », non constatées par un contrôle positif, qu’il s’agisse de refus de contrôle, de défaut de localisation, de trafic, de possession, ou d’utilisation. Les 54 sanctions de ce type prononcées en l’athlétisme représentent 15% du total de 351 sanctions, et le cyclisme pointe loin derrière, avec 39 sanctions, soit 11%. Voilà le résultat de l’intervention de l’Athletics Integrity Unit, qui mène dans l’ombre un énorme travail d’enquête et de collecte de renseignements, pour repérer les dérapages.

Ø Texte : Odile Baudrier

 20192017
Echantillons278.047245.232
AAF2701 – 0.98%2749 – 1.12%
Sanctions1535 – 57%1459 – 53%
Annulé pour raisons médicales – AUT297 – 11%275 – 10%
Sans suite à donner (autre que raison médicale)274 – 10%123 – 4.5%
Pas de sanction – athlète innocenté49 – 2%120 – 4.3%
En attente de décision546 – 20%772 – 28%
Athlètes sanctionnés1183 hommes
-77%
83 sports
115 nationalités
1135 hommes
– 78%
89 sports
111 nationalités
Echantillons positifs  2035 collectés en compétition -75%
2679 échantillons urinaires – 99%
22 échantillons sanguins
2222 collectés en compétition – 81%
2720 échantillons urinaires -99%
29 échantillons sanguins
Violations règles anti-dopage non analytiques (refus de contrôle-défaut localisation-falsification contrôle…)377
351 athlètes
26 personnes support athlètes
345
317 sportifs
28 personnes support athlètes
ATHLETISMEEN 2019
227 cas positifs – N°2
Body building : 272
Cyclisme : 179
EN 2017
242 cas positifs – N°2
Body building : 266
Cyclisme : 218
FRANCE 62 contrôles positifs  
– N°6 mondial
Russie : 167
Italie : 157
Inde : 152
Brésil : 78
Iran : 70
France : 62
Etats Unis : 62
 128 contrôles positifs
– N°2 mondial
Italie : 171
France : 128
Etats Unis : 103 Brésil : 84  
Les sanctions par sport en FranceAthlétisme : 2
Bodybuilding : 8
Boxe : 10
Cyclisme : 2
Escrime : 1
Kickboxing : 1
Powerlifting : 5
Rugby : 2
  
Les types de sanctions  40 échantillons positifs (3 hors compétition)
22 violations non analytiques
  
Les chiffres de l’athlétisme   
Chiffres 201934.576 échantillons 253 Cas positifs
17 AUT
12 Sans suite
1 pas de sanction
50 en attente
173 Sanctions
Chiffres 201731.483 échantillons295 Cas positifs
14 AUT
11 Sans suite
35 pas de sanction
62 en attente
171 Sanctions
Les chiffres 2019 en détailsEchantillonsCas positifsSanctions
Athlétisme
Sprint 400 m et moins
800-1500 m
3000 m et plus
Semi marathon
Ultra running
Sauts
Lancers
49
8.119

3.574
13.099
32
4
3.962
4.421
1
51

30
108
1
1
27
34
0
34

25
78
0
1
20
15

Sanctions en athlétisme : classement par pays

Russie – 35 – 18 AAF – 17 non analytique
Kenya –  29 – 21 AAF – 8 non analytique
Inde – 20 – 19 AAF
Maroc – 12 – 12 AAF
Nigéria – 6 – 6 AAF
Etats Unis – 7 – 2 AAF – 5 non analytique
Italie – 7 – 5 AAF – 2 non analytique
Ukraine – 7 – 4 AAF – 3 non analytique
Espagne – 6 – 6 AAF
Afrique du Sud – 5 – 4 AAF – 1 non analytique
Chine – 5 – 4 AAF -1 non analytique
Brésil – 4 -3 AAF – 1 non analytique
Egypte – 5 – 5 AAF – 1 non analytique
Iran – 5 – 5 AAF
France – 4 – 2 AAF – 2 non analytique
Allemagne – 4 – 4 AAF
Grande Bretagne – 4 – 1 AAF – 3 non analytique
Grèce – 4 – 1 AAF – 3 non analytique

(*) Ce pourcentage de 30% résulte d’une étude réalisée en 2011 lors du Mondial d’athlétisme de Corée. Il avait fallu deux  années pour que l’IAAF, inquiète de ces chiffres élevés, accepte sa diffusion.

https://www.nytimes.com/2013/08/23/sports/research-finds-wide-doping-study-withheld.html?pagewanted=2&_r=0