L’information ne manquera pas d’étonner dans le monde de l’athlétisme. Jean-Claude Vollmer a accepté de redevenir l’entraîneur de Morhad Amdouni, qu’il avait déjà coaché dans le passé, avant de prendre ses distances. Jean-Claude Vollmer avait été particulièrement heurté par la performance de Morhad Amdouni lors de son premier marathon en 2019. Mais il veut maintenant tendre la main au coureur, qui évolue sans entraîneur depuis plusieurs mois.

Marathon de Paris 2019 en 2h09’14

« J’agis par compassion. Je suis ulcéré de voir que Morhad Amdouni est ostracisé, et exclu. Je trouve qu’il a assez payé ». C’est par ces quelques mots que Jean-Claude Vollmer m’annonce ce lundi 7 mars sa décision de redevenir l’entraîneur de Morhad Amdouni.

La surprise est grande tant Jean-Claude Vollmer n’avait pas mystère de ses réserves après que Morhad Amdouni ait bouclé son premier marathon, en avril 2019, en 2h09’14. L’entraîneur, spécialiste des analyses de performances, avait alors conduit une étude, publiée sur spe15.fr en septembre 2019, portant sur des centaines de performances, et qui concluait que ce chrono sur marathon apparaissait très atypique par comparaison avec les résultats obtenus par d’autres demi-fondeurs reconvertis en marathoniens.

Mais en ce printemps 2022, Jean-Claude Vollmer affiche une vraie certitude : « Le Morhad de 2022 n’a plus rien à voir avec le Morhad de 2019. ». Une jolie formule pour justifier qu’il accepte ainsi d’accompagner Morhad Amdouni.

Un protocole médical strict pour le suivi

La décision n’est pas venue sur un coup de tête, elle a été précédée de plusieurs rencontres avec Morhad Amdouni, et également Lahcen Salhi, membre de l’équipe chargée de la gestion du marathon, représentant la FFA. Elle s’accompagne aussi d’un protocole d’encadrement très strict défini par l’entraîneur et approuvé par Morhad Amdouni. Deux médecins seront ainsi chargés du suivi du marathonien, un médecin de l’INSEP, et Mélanie Doutart.

Celle-ci connaît bien Morhad Amdouni, pour l’avoir précédemment suivi durant sa longue période de stage à l’INSEP, avant qu’elle ne s’installe en cabinet libéral dans l’Oise. Jean-Claude Vollmer l’entraîne depuis 2019, et il a développé une confiance absolue à l’égard de cette jeune médecin, également d’un bon niveau en athlétisme, championne de France du 10 km en 2017, plusieurs fois sur les podiums du France sur piste. Le protocole fixé entre les différents acteurs de cette collaboration imposera à Morhad Amdouni de respecter les dates d’examens médicaux, fixés par son nouvel entraîneur. Celui-ci interagira également avec la nutritionniste du coureur. Dans ce nouveau cadre, un élément demeurera inchangé, le club, qui reste le Val d’Europe Athlétisme, car à ce jour, l’entité de Fabio Timbrandy est la seule source de ressources financières pour Morhad Amdouni.

Fabio Timbrandy, le patron du club de Val d’Europe Athlétisme

Et Jean-Claude Vollmer de résumer : « Je crée un cordon sanitaire ! » Pourquoi tant de précautions ? Pour contrer les errements éventuels de la part d’un athlète, qui s’est retrouvé sur la sellette de l’anti-dopage à l’automne 2019.

Les accusations de dopage par ARD

Début octobre 2019, la chaîne allemande ARD diffuse un documentaire sur les dérives du dopage au Maroc. Et l’équipe de Hajo Seppelt met clairement en cause Morhad Amdouni, qui se voit accusé d’avoir eu recours à des produits interdits. Selon ARD, c’est au printemps 2017 que des échanges de SMS sont effectués entre Morhad Amdouni et un pourvoyeur d’EPO et d’hormone de croissance.

Le reportage tombe particulièrement mal pour Morhad Amdouni, qui vient alors juste de quitter précipitamment Doha, où il était venu s’entraîner durant quelques semaines, avec en ligne de mire, le Championnat du Monde, qu’il prévoyait de disputer sur marathon. Ce départ brutal est vite assimilé à une fuite, pour éviter d’affronter la presse après la parution du sujet allemand. D’autant que dans le reportage, Morhad Amdouni apparaît peu à son avantage lorsque les journalistes allemands le questionnent à son domicile sur ses SMS, en leur opposant un refus complet de répondre.

Des faits complètement contestés par Morhad Amdouni, qui y avait répondu, d’abord sur son compte Facebook, puis dans plusieurs interviews, comme dans le Parisien, plaidant toujours son honnêteté. Le marathonien avait également demandé à être reçu par les gendarmes de l’OCLAESP pour réfuter ces accusations, comme il l’avait été par le Président de la FFA.

Philippe Dupont, puis Riad Ouled, le quittent

Mais sur le plan sportif, les choses s’emballent de la pire manière. Philippe Dupont, son entraîneur, décide de rompre leur collaboration. Un mois plus tard, Morhad Amdouni se voit opposé un refus à son entrée dans le Programme Quartz Elite, que lui avait imposé son nouveau partenaire Asics. Dans la foulée, Morhad Amdouni avait vu son manager, Riad Ouled, prendre ses distances, et le partenariat n’avait pas été signé.

Les raisons de la décision du Comité d’experts de Quartz n’avaient pas été dévoilées précisément. Pierre Sallet, le patron de ce programme, avait juste consenti à dire que la procédure d’examen des analyses biologiques du marathonien avait débouché sur la découverte d’incohérences, tant au niveau des suivis médicaux réglementaires effectués par la FFA, que des données hématologiques provenant du Passeport Biologique développé par l’AMA.

L’athlète s’était alors tourné vers Abderazak Zbairi, membre de l’équipe de France militaire, également athlète, pour son entraînement. Sous sa houlette, Morhad Amdouni allait réaliser le record de France de l’heure, en septembre 2020. Il allait ensuite créer la surprise, en décidant de disputer le 10000 m et le marathon des Jeux Olympiques de Tokyo 2021, pour finir 10ème sur le premier et 17ème sur le deuxième.

Morhad Amdouni boycotté par le marathon de Valence

Fin 2021, Morhad Amdouni allait vivre une situation très rare. Il avait reçu le refus des organisateurs de l’inscrire pour le marathon de Valence, car considéré par eux comme indésirable. Un évènement vraiment inédit que ce boycott d’un coureur, et qu’aucune intervention de la part de la FFA n’avait pu débloquer.

Jean Claude Vollmer

Cette mise à l’index se produisait alors que Morhad Amdouni était à la recherche d’un nouveau coach. Les relations entre Abderazak Zbairi et l’athlète n’étaient plus au beau fixe, et même si aucune rupture officielle n’était intervenue, Amdouni évoluait sans entraîneur depuis plusieurs mois. Un temps, il se tournait vers Benoît Zwierzchiewski, mais celui-ci se voulait très prudent pour amorcer cette collaboration.

Et c’est finalement avec Jean Claude Vollmer, que les liens se renouaient, pour bâtir ce nouveau projet, qui visera à le voir participer sur marathon au Championnat d’Europe de Munich, après s’être qualifié au Marathon de Paris. Au lendemain du France de cross de ce dimanche, Morhad Amdouni s’envolera au Kenya, pour se préparer. Trois ans plus tard, son chrono parisien suscitera-t-il moins de questionnements ? C’est le pari de Jean Claude Vollmer.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand