Après son contrôle positif de mai 2014, la sanction contre la Néerlandaise Adrianne Herzog vient juste de tomber, elle sera suspendue pour deux ans. Enfin, peut-on dire, les soupçons sur son dopage remontant à la fin de l’année 2010.

 
Une erreur qu’elle ne comprend pas. C’est l’explication fournie par Adrianne Herzog sur le contrôle positif subi en mai 2014, aux Etats-Unis, où elle vit. Et la Néerlandaise n’a pas varié d’un iota dans ces affirmations. Elle est innocente, elle n’a pas pu faire entendre la vérité.
 
La belle brune souffre visiblement d’amnésie. Elle l’a pourtant déjà échappé belle à la fin 2010. Elle est alors installée en Espagne, sous la houlette de Manuel Pascua Piqueras, l’entraîneur vedette d’Espagne, qui se retrouve impliqué dans la fameuse Opération Galgo, levant le voile sur ses pratiques dopantes et son implication dans ce business. Elle se retrouve dans l’œil du cyclone, mise en cause par les investigations de la Garde Civile.HERZOG

Mais début 2012, ces charges sont levées, pour des vices de procédure dans l’enquête. Elle se voit ainsi « blanchie ». Entre temps, elle a mis le cap sur Boulder pour y intégrer le groupe de Brad Hudson, un ancien marathonien, connu pour ses ouvrages sur l’entraînement.

Des centaines de mails douteux

A l’été 2013, leur collaboration explose. Le coach n’a pas du tout apprécié les révélations de « Vrij Nederland » dévoilant des centaines d’emails qui démontrent l’achat par Adrienne Herzog de substances interdites, pendant les années 2010 et 2011. Le journaliste Dennis Meinema livre des SMS et mails ne laissant aucune ambigüité sur ses pratiques, ses relations avec des fournisseurs mexicains, pour lesquelles elle utilise le pseudonyme de Sophie Delilah.

Mais aucune sanction ne peut être prise sur de telles informations, Adrienne Herzog poursuit sa carrière, elle retrouve la médaille de bronze au Championnat d’Europe de cross fin 2012, à nouveau après celle de 2009. Elle s’illustre aussi sur les plus belles courses sur route des Etats Unis, comme Bay to Breakers, le semi de Philadelphie, Peachtree 10.

Jusqu’à ce contrôle de mai 2014, qu’un certain mystère entoure. La fédération néerlandaise n’a ainsi jamais révélé le produit incriminé. Adrienne Herzog se voit suspendue à titre conservatoire dans l’attente d’une décision qui ne sera prononcée qu’en ce mois de février 2015, et qui l’éloignera jusqu’en mai 2016.

Adrienne Herzog a choisi de communiquer cette sanction via son site internet. Elle s’y présente en victime, elle souligne sa souffrance, mais déjà, elle annonce qu’elle reprendra la course à pied dès la fin de sa suspension et qu’elle retrouvera la réussite…

 Texte : Odile Baudrier

 Photo : Gilles Bertrand