Champion olympique en 2004 sur 800 mètres, le russe Yuriy Borzakovskiy a décidé de mettre fin à sa carrière. 

Yuri Borzakovskiy
 
C’est en pleine tourmente, en pleine déroute, que Yuriy Borzakovskiy a décidé de quitter le navire.

Alors que la Fédération Russe doit faire face à une vague de scandales sans précédent mettant à nu un dopage très systématisé, voir « étatisé «, celui qui fut sacré champion olympique du 800 mètres à Athènes en 2004 à tirer sa révérence alors qu’il avait débuté une nouvelle saison en salle.

C’est à l’occasion d’un meeting en salle, les Russian Winter, que celui-ci a annoncé sa retraite sportive après avoir disputé le dernier 800 mètres de sa carrière.

Ce n’était peut être pas le rendez vous le plus prestigieux qu’il soit pour décider de tourner ainsi une longue page d’athlétisme dans un Moscou anesthésié par l’hiver. Cela sonne malheureusement comme un départ précipité alors que la Fédération Russe connaît une véritable bérézina, attaquée sur tous les fronts suite aux multiples révélations et cas de dopage touchant le demi fond et la marche russe.

Fait rare dans l’histoire du 800 mètres, Yuriy Borzakovskiy allait connaître une carrière d’une longévité exceptionnelle, débutant au plus haut niveau chez les juniors en remportant le titre européen à Riga en 1999. Une carrière également marquée par une extrême constance dans ses résultats, présent chaque hiver et chaque été lors des grands championnats pour monter 13 fois sur un podium international en collectant notamment 4 titres de champion d’Europe, un sur le plan Mondial et son titre olympique en 2004.

A 20 ans, il s’impose déjà en patron du 800 en comptant sur une pointe de vitesse exceptionnelle, lui conférant  une assurance et une maîtrise  précoce du double tour de piste. Ses records : 1’42 »47 à Bruxelles en 2001 et 1’44 »15 à Karlsruhe en salle toujours en 2001, il ne fera pas mieux. Avec une technique de course simple, osée et culotée en se baladant à l’arrière du pack dans le premier tour pour remonter à la cloche, ses adversaires, un à un, pour s’imposer dans le sprint final.

A l’automne 2013 après avoir déclaré forfait au Mondial de Moscou, il avait annoncé une première fois sa retraite sportive. Il s’était alors ravisé pour courir à nouveau en 2014 ce qui semble être son dernier 800 mètres estival en 1’48 »71 à Yerino. Cette fois, la cloche a sonné pour de bon, Yuriy Borzakovskiy s’éclipsant avec ses souvenirs et ses secrets.

> Texte et photo, Gilles Bertrand