Une nouvelle sanction pour dopage frappe une athlète russe. Il s’agit de Tatyana Andrianova, spécialiste du 800 mètres et sa sanction remonte à l’année 2005, où elle avait conquis la médaille de bronze au Championnat du Monde.

Derrière la Cubaine Zulia Calatayud la Russe Tatyana Andrianova décroche le bronze. Après sa sanction pour dopage, la médaille reviendra à Maria Mutola

Derrière la Cubaine Zulia Calatayud la Russe Tatyana Andrianova décroche le bronze. Après sa sanction pour dopage, la médaille reviendra à Maria Mutola

Oui ou non à la vérité ??? La question se pose avec une vraie acuité à la faveur de cette nouvelle affaire de dopage. Il s’agit encore d’une athlète russe, mais cette fois, la sanction remonte à 2005… Alors, bien sûr, on a envie que les voiles se lèvent, mais sommes-nous vraiment prêts à ressentir chaque jour plus de dégoût et d’écoeurement face à ces dérives découvertes si tardivement ???

Tatyana Andrianova est la nouvelle athlète victime de l’analyse rétroactive de ses urines prélevées lors du Mondial 2005. Les tests récemment refaits ont parlé, elles contenaient du stanozol, un stéroïde anabolisant interdit à l’époque, mais non détectable selon les techniques de ces années-là.

L’IAAF a débuté en avril 2015 une réanalyse des échantillons prélevés aux Mondiaux 2005 et 2007, et en août 2015, il avait circulé l’information de 28 cas positifs, mais leurs noms demeurent encore inconnus…

Déjà 6 athlètes médaillées en 2005 ont perdu leur médaille

Tatyana Andrianova voit ainsi annuler tous ses résultats réalisés entre le 9 août 2005 et le 8 août 2007, et elle est également suspendue du 22 septembre 2015 au 21 septembre 2017. Ceci ne devrait pas beaucoup la déranger, elle a maintenant 36 ans, et elle n’a plus disputé un seul 800 mètres depuis 2012. En-dehors de ce podium 2005, elle comptait une 4ème place aux JO 2004, une 8ème place aux JO 2008, et un record à 1’56’’00 établi en 2008.

Il s’agit avec cette athlète russe du 6ème cas d’athlètes médaillés au Mondial 2005 à se voir retirer leur médaille. Mais pour les cinq autres cas, l’information avait été donnée par l’IAAF dès mars 2013. Cela concernait les Biélorusses Nadzeya Ostapchuk, Ivan Tsikhan, Olga Kuzenkova, médaillés d’or au poids et au marteau, Vadim Devyatovskiy, en argent au marteau, et la russe Tatyana Kotova, en argent à la longueur.

Cette fois, plus de deux années supplémentaires se sont écoulées pour que cette sanction soit connue. Pour quelle raison ??? Peut-être le cas Andrianova fait-il partie de ceux dissimulés au sein de l’IAAF à coups de dollars…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.