L’athlétisme ougandais est en proie à un scandale énorme suite à l’affaire de viols de jeunes athlètes par un entraîneur. Celui-ci était de surcroît porteur du virus du Sida, et aurait provoqué la contamination de plusieurs athlètes.

Moses Kipsiro au Mondial de cross en 2013

Moses Kipsiro a dénoncé le scandale des abus sexuels perpétrés par un entraîneur ougandais

 

L’affaire est très grave. Encore plus dramatique qu’elle n’avait semblé l’être au début du mois d’avril, lorsqu’émerge publiquement un secret bien gardé, celui des viols perpétrés par Peter Wemali, un entraîneur, profitant de cette fonction pour abuser de très jeunes athlètes, l’une d’elles n’avait que 15 ans.

Il avait fallu tout l’acharnement de Moses Kipsiro, pour qu’une investigation soit enfin effectuée et que les plaintes des victimes soient prises en compte. Le meilleur athlète du pays avait saisi l’occasion du Mondial de cross, refusant d’y participer, pour faire émerger publiquement cette affaire dissimulée par la fédération et la police, vu la double qualité de coach et policier de Peter Wemali.

Moses Kipsiro sonne le signal d’alarme, pour inviter tous les athlètes à effectuer des tests

Mais au fil des jours, ce scandale apparaît encore plus sordide. Le quotidien ougandais Daily Monitor a révélé que l’enquête a démontré que Peter Wemali était porteur du virus HIV, et qu’il aurait contaminé deux de ses victimes. La justice ougandaise a immédiatement requalifié les faits, de viol en contamination aggravée, avec à la clef, une menace de peine de mort.

Les conséquences pourraient être lourdes pour les athlètes ougandais, inquiets des contaminations qui auraient pu survenir, et là encore, Moses Kipsiro sonne le signal d’alarme, pour inviter tous les athlètes à effectuer des tests. Car comme il le souligne, de nombreux coureurs ont eu, sans le savoir, des relations avec des filles victimes de Peter Wemali. Un officiel du district Kapchorwa n’a pas lui aussi dissimulé l’inquiétude régnant sur l’étendue du problème, avec de nouvelles plaintes de jeunes femmes.

Le scandale a pris une telle ampleur en Ouganda que le Ministre des Affaires Internes, le Général Aronda Nyakairima, a créé un comité chargé d’enquêter sur cette affaire, ainsi que sur celle des menaces de mort proférées contre Moses Kipsiro, qu’il avait reçues juste avant le Mondial de cross. Et qu’il avait justement imputées à Peter Wemali…

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand