Su Bingtian est devenu à Eugene fin mai le premier sprinter chinois à passer sous les 10 secondes. Et tout le pays rêve déjà de le voir évoluer en finale pour le Championnat du Monde en août prochain, justement organisé devant son public.

 

Su Bingtian

Su Bingtian

Comme à chaque olympiade, les Jeux Olympiques de Pékin ont regorgé de moments intenses, joies, tristesses, surprises…. Mais l’image de la sortie de Liu Xiang à quelques minutes du départ de sa série de 110 mètres haies compte indéniablement parmi les souvenirs les plus forts. Le drame avait secoué le « Nid d’Oiseau » et bien au-delà toute la Chine, tellement déçue que son leader ne puisse confirmer son titre olympique conquis à Athènes.

Dans un pays aussi nationaliste, cet épisode avait provoqué un mini-séisme, avec la mise en cause de l’entraîneur de Liu Xiang, explosant en larmes en pleine conférence de presse, alors que Liu Xiang s’était excusé auprès de ses compatriotes pour ce forfait tardif consécutif à une blessure trop violente au pied.

La déception s’était révélée à la mesure de l’immense popularité du hurdler, adulé par le public et choisi par plusieurs marques pour les représenter sur ce marché asiatique si porteur. Liu Xiang profitait ainsi de contrats avec Coca-Cola, Nike, Visa…

Sept ans plus tard, alors que l’athlétisme revient cet été dans ce superbe stade du Nid d’Oiseau, Liu Xiang n’est plus en activité, et toute l’attention nationale se focalise déjà vers Su Bingtian, premier sprinter chinois à passer sous les 10 secondes.

Su Bingtian, brillant à Eugene

Le jeune athlète de 25 ans a marqué un très gros coup au meeting d’Eugene, avec la 3ème place derrière Tyson Gay et Mike Rodgers, dans l’excellent chrono de 9’’99. Il poursuit ainsi une progression régulière depuis ses débuts en junior, l’amenant en 10’’16 en 2011 puis 10’’06 en 2013.

Le résultat d’un travail mené sous la houlette de son entraîneur, Yuan Guoqiang, lui-même ancien sprinter dans les années 75-80. Cet expert avait détecté d’entrée le gros potentiel du jeune adolescent, avouant « C’était un diamant brut ».

Au fil des saisons, la préparation a porté ses fruits, Su Bingtian devenait aux JO de Londres le premier sprinter chinois à atteindre une finale olympique. Mais c’est une modification technique un peu particulière effectuée cet hiver qui lui a permis d’exploser sous les 10 secondes ce printemps : le choix d’un départ avec le pied gauche devant plutôt que le pied droit, lui offrant plus de solidité à sa troisième foulée. Et l’ajustement payait cash sur la piste d’Eugene.

En août, dans le Nid d’Oiseau Su Bingtian se présentera comme la nouvelle égérie de l’athlétisme chinois et la pression de tout son peuple pèse déjà sur ses épaules. Avec l’espoir d’une sorte de revanche sur le destin tronqué de Liu Xiang…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : IAAF