drapeau marco C

La bataille contre le dopage est bien engagée au Maroc. La Fédération Marocaine a décidé de porter un grand coup contre tous les tricheurs coureurs, entraîneurs et dealers. Pour preuve cette nouvelle affaire portée en justice pour tenter de démanteler un vaste réseau de produits dopants impliquant des coureurs marocains de tous niveaux avec des ramifications à l’étranger dont certaines en France.

 

Comme le Kenya, l’Ethiopie et bien entendu la Russie, le Maroc n’était pas un modèle de vertu en matière de lutte anti dopage.

Mais la fédération marocaine d’athlétisme a décidé de laver devant sa porte pour tenter d’éradiquer un mal profond enraciné à tous les échelons du demi fond local, national et international avec des ramifications à l’étranger. Actuellement, 20 athlètes marocains sont sous le coup d’une condamnation pour dopage.

Pour preuve, cette procédure pénale qui vient d’être lancée par le directeur de la Fédération, l’affaire ayant été portée devant le tribunal de première instance de Salé (banlieue de Rabat).

Des écoutes téléphoniques et l’analyse de flux financiers ont été réalisées permettant d’identifier des fournisseurs en France

Ce nouveau scandale pourrait impliquer de nombreux athlètes de tout niveau dont certains ont été internationaux ou le sont actuellement. Certains coureurs évolueraient également à l’étranger. Selon le site Media24 à la source de cette information, des cliniques et pharmacies seraient également impliquées où des perquisitions ont été réalisées avec saisies de produits dopants tels que Déca, Recormon, Ferlixit, Testo Rapid, Expred, Susta Med….

Media24 précise également que des écoutes téléphoniques et l’analyse de flux financiers ont été réalisées permettant d’identifier des fournisseurs en France et en Italie soit un vaste réseau qui devrait être démantelé très prochainement.

La FRMA a donc mis les bouchées doubles. Le sport marocain et précisément l’athlétisme a été souillé par de nombreux cas de contrôles positifs et par une forme d’institutionnalisation du dopage. Le Maroc qui accueille en juin pour la première fois une étape de Diamond League veut prouver qu’il est sur le bon chemin pour éliminer les tricheurs. Cette grosse affaire devrait être le premier coup porté aux tricheurs, coureurs, entraîneurs et dealers confondus. La bataille s’annonce longue.

> Texte et photo Gilles Bertrand

Étiquettes: