Luke Puskedra lors des sélections américaines pour les J.O. où il se classe 4ème

Luke Puskedra lors des sélections américaines pour les J.O. où il se classe 4ème

Aux Etats Unis, en cas d’urgence, on peut avoir recours au financement participatif pour payer les frais médicaux. C’est le cas pour le marathonien Luke Puskedra, 4ème aux sélections américaines pour les J.O. de Rio, qui ne pouvait payer les frais d’hospitalisation de sa fille. En 5 jours, la communauté du running US s’est mobilisée et plus de 60 000 $US ont été collectés.

 

Ce fut une mauvaise journée, celle que l’on n’efface pas d’un battement de paupière. De celle qui se colle au fond de la gorge pour distiller le goût amer de la défaite.
4ème au trial américain, c’est la place du con. Luke Puskedra en a été victime lors des sélections américaines sur marathon organisées le 13 février dernier à Los Angeles. Pourtant tout était programmé, une course d’attente, de patience…mais au final trop attentiste, trop statique. « Trop conservatrice » dira-t-il au terme de ce marathon. Il pensait pouvoir tirer sur l’élastique et revenir sur la tête de course, il s’est piégé lui-même, trouvant sur sa route plus fort que lui, en l’occurrence Jared Ward, une minute devant. Il ne le reverra jamais.
Mauvaise course, mauvaise semaine, car finalement le pire est à venir. Les jours suivants, Luke et son épouse Trudie apprennent que leur fille Penelope, un bambin de sept mois, est diagnostiquée porteuse d’un neuroblastome, une tumeur maligne pouvant déboucher sur une forme de cancer affectant nourrissons et jeunes enfants.

L’intérêt pour les trials est à peine retombé que la communauté du running américain s’empare aussitôt de cette nouvelle lorsque Trudie Puskedra, la maman, confirme le diagnostic par SMS à la presse spécialisée, en s’abstenant cependant de tout commentaire. Aussitôt, un élan de solidarité et de générosité se met en place lorsqu’une amie du couple, Dana Tucker Reber ouvre une page de collecte de fond sur le site GoFundMe pour réunir la somme nécessaire pour payer les frais médicaux. C’est par ces mots qu’elle touche au cœur des marathoniens : « Comme amis proches vous vous sentez tellement impuissants. Les Puskedra ont besoin de toutes les prières et de l’énergie positive qu’ils peuvent obtenir, ce fond est un excellent moyen pour les gens de montrer leur soutien à la fois financièrement et émotionnellement ».

Cinq jours plus tard, la somme de 62 500 $US est même atteinte en provenance de 936 dons

Luke Puskedra, marathonien professionnel, au statut de travail indépendant est en effet dans l’incapacité de payer les frais médicaux estimés à plus de 25 000 $US suite à l’hospitalisation de la petite Pénélope afin de déterminer les risques de cancer. Sur ce fond de financement participatif, l’objectif est de donc de réunir cette somme. Dès le premier jour, 33 000 $US sont collectés, marathoniens et internationaux américains se mobilisant généreusement à l’image de Matt Centrowitz, Amy Begley, Nick Symmonds ou bien encore de Mary Wittenberg l’ex organisatrice du marathon de New York, le manager Ray Flinn. Cinq jours plus tard, la somme de 62 500 $US est même atteinte en provenance de 936 dons.

Dans un tel contexte, le revers de Los Angeles est vite passé au second plan, les priorités de la vie s’imposant d’elles-mêmes. Le couple Puskedra a cependant bon espoir quant à la rémission de leur fillette après chimiothérapie. Quant à Luke le marathonien, qu’espère-t-il pour la suite de sa carrière ? Une sélection sur 10 000 ? Que Galen Rupp qualifié sur marathon passe son tour après avoir renoncé à doubler 10 000 – marathon en se reportant sur un doublé 5000- 10 000 ? Jusqu’en 2014, Puskedra et Rupp étaient coéquipiers d’entraînement au sein du NOP sous les ordres d’Alberto Salazar. Mais est-ce suffisant pour que Galen Rupp s’efface, généreux et magnanime ? La mansuétude peut-elle aller jusque là ?

> Texte : Gilles Bertrand

Étiquettes: