westphal a

Liv Westphal poursuit avec bonheur son ascension dans la hiérarchie du demi fond français. L’étudiante au Boston College poursuit sa quête de performances. Aaprès avoir été sacrée championne d’Europe espoirs à Tallinn sur 5000 m, elle bat à nouveau son record de France espoirs en réalisant 15’28’’71 lors du meeting de Londres.

 

A Tallinn, sur le bord de piste, alors que Liv Westphal est toujours drapée dans un large ruban tricolore flottant sur ses épaules, Julie l’assistante coach de la française au sein de l’université de Boston College, ne se trompait pas : « Dans une autre course, Liv peut courir encore plus vite ».

A Tallinn, pour la première fois depuis fort longtemps, Liv Westphal allait devoir assumer ses responsabilités, celle de favorite, une situation inhabituelle pour cette étudiante dans le Massachussetts, le plus souvent calée dans le ventre mou d’un gros peloton dans les épreuves US. Cette année, 17 américaines ont réalisé moins de 15’30’’, autant dire qu’on se fait petite, on se cale dans le bon wagon, on tient le rythme, son propre rythme pour réaliser le chrono programmé.

Mais on apprend le métier, on apprend une forme de sagesse à tenir un tempo, certes répété et répété à l’entraînement mais qu’il faut parfois dompter, contrôler pour ne pas subir la course.

Cette étudiante brillante gérait ses nerfs et sa course pour remporter brillamment ce titre européen en solitaire

A Tallinn, Liv Westphal se retrouvait donc en patronne de la course, un œil sur la belge Louise Carton, dangereuse, très dangereuse pour preuve les 15’23’’82 qu’elle réalisait à Heusden une semaine après les Europe. Mais cette étudiante brillante gérait ses nerfs et sa course pour remporter avec brio ce titre européen en solitaire, record de France en bonus en réalisant 15’30’’ 61, une grosse seconde de moins que son record de France indoor établi cet hiver à Boston avec 15’31’’62.

Liv Westphal a ainsi franchi une marche. A Londres, dans l’enceinte même du stade olympique, elle vient d’en grimper une autre. Sur la lancée de Tallinn, dans l’esprit des épreuves américaines, en se calant à la bonne place, pour apprendre le métier, certes sans subir mais en restant dans les bons équilibres respiratoires. Agir à sa guise . En 15’28’’71, la championne d’Europe espoirs, se classe 9ème, certes loin de la kenyane Mercy Cherono l’emportant en 14’54’’81 devant l’américaine Molly Huddle seconde en 14’57’’42, mais les certitudes prennent corps, Liv Westphal se construit un destin, sur 5000, sur 10 000, l’avenir le dira. Avec modestie, avec réserve. Elle peut citer John Lennon pour expliquer ses choix de vie : « Je veux être heureuse ».

> Texte et photo Gilles Bertrand