Les réseaux sociaux seront particulièrement scrutés par le CIO cet été, qui traquera les écrits des athlètes et marques à la recherche des violations de la règle 40. Une règle destinée à protéger les partenaires officiels des JO, et qui impose de sérieuses restrictions dans les mots utilisés dans les tweets et messages Facebook.

 

????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

La traque a débuté. Le CIO ne lâchera rien sur la fameuse « RULE 40 », déjà très critiquée lors des JO de Londres, et qui revient à nouveau sur le devant de la scène pour ces Jeux de Rio.

Au cœur de cette nouvelle controverse, les réseaux sociaux. Car le CIO a bien compris le danger que représentent maintenant l’ensemble des Twitters,  Facebook, Snapchat… que les athlètes, comme les marques, maîtrisent parfaitement pour relayer leurs infos.

Et avec l’obsession du CIO de protéger les partenaires officiels des JO, est venue l’obligation de restreindre cette utilisation pour que les marques « non-officielles » ne bénéficient pas à plein de l’impact des Jeux Olympiques à travers les performances de l’athlète qu’elles sponsorisent.

Alors, un petit tweet de Nike ou Asics pour féliciter un athlète de sa médaille ?? Vous n’y pensez pas. Même si Nike est le sponsor officiel de l’équipe US d’athlétisme et Asics celui de la France, ni l’un, ni l’autre ne font partie du cercle des sponsors du CIO. Alors, l’instance internationale veille et a défini une liste des termes que les marques ne peuvent utiliser dans la période « protégée », qui s’étale entre le 27 juillet et le 24 août.

Les mots interdits par le CIO

La BBC s’est fait le relais de cette liste de mots interdits, et elle est assez savoureuse à découvrir. Bien évidemment, il faut oublier Jeux Olympiques, Olympiades, Olympiques. Mais on gomme aussi Rio – Or – Argent – Bronze – Médaille – Effort – Performance – Challenge – Jeux – Sponsors – Victoire – Olympien…

Cela restreint évidemment largement les tweets possibles après la médaille d’un athlète, et il faudra donc aux Nike, Brooks, Mizuno, Asics… et autres marques attendre la fin du mois d’août pour envoyer leurs félicitations à leurs athlètes ou pour communiquer par des publicités sur cette récompense olympique.

Après avoir accepté suite aux JO de Londres et aux protestations des athlètes un aménagement des publicités possibles des non-partenaires dans la période précédant les Jeux, le CIO a choisi d’adopter une position dure face aux réseaux sociaux.

Avec évidemment la volonté de protéger les intérêts des marques acceptant de financer le CIO pour des sommes énormes et qu’il convient bien sûr de récompenser de belle manière.

Mais en haussant le ton sur les aspects des réseaux sociaux avec la menace d’éventuelles exclusions, voire d’amendes, le CIO s’attire l’hostilité des sportifs, jeunes par définition, et adeptes de cette communication, qui ont un peu de mal à comprendre de telles intimidations alors que l’instance internationale apparaît beaucoup plus tolérante sur le plan de la lutte anti-dopage…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.
Étiquettes: