Les Jeux Olympiques de Londres ont vu la participation d’athlètes qui auraient dû être interdits de compétition en raison des résultats anormaux de leurs passeports biologiques. Une situation dont l’IAAF est responsable en raison des très grands délais aux notifications aux athlètes. La corruption serait bien à l’origine de ce problème.

 

Viktor Kirdyapkin, des paramètres anormaux dès novembre 2011, et pourtant autorisé aux JO de Londres, où il remporte l'or

Viktor Kirdyapkin, des paramètres anormaux dès novembre 2011, et pourtant autorisé aux JO de Londres, où il remporte l’or

La commission d’enquête de l’AMA n’a pas levé le voile sur les soupçons de corruption pratiquée au sein de l’IAAF, sous la houlette de son président Lamine Diack et du Docteur Gabriel Dollé. Ceci pour ne pas entraver l’enquête en cours, qui relève maintenant d’lnterpol, confirmant ainsi la gravité de la situation.

Toutefois, les rapporteurs affirment sans détours que les Jeux Olympiques de Londres ont été souillés par le laxisme de l’IAAF, qui a trop tardé à notifier aux athlètes les anormalités sur leur passeport biologique, permettant ainsi à cinq marcheurs russes (Kirdyapkin, Kanaykin, Borchin , Bakulin, Olga Kaniskina) et à la Turque Asli Cakir Alptekin de disputer les JO et d’y briller pour certains.

Des paramètres anormaux constatés dès le mois de novembre 2011 pour le marcheur Sergey Kirdyapkin, qui avait été sacré champion du monde en 2005 et 2009, et qui revient à Londres pour conquérir le titre olympique. Mais la notification officielle de ces anormalités ne sera envoyée par le docteur Gabriel Dollé à la Fédération Russe qu’en octobre 2012.

La corruption à l’IAAF permet à Sergey Kirdyapkin de gagner les JO

Pourtant comme le révèle le rapport, ce sont 10 échantillons sur 11 prélevés sur Sergey Kirdyapkin avant les JO de Londres qui peuvent être considérés comme suspects, et 7 échantillons datent même d’avant novembre 2011. Avec des suspicions de transfusions sanguines et usage d’EPO.

Même tronqué pour des raisons de protection de l’enquête d’Interpol, le rapport pose clairement la question d’une corruption et de l’extorsion de fonds auprès des athlètes afin de ralentir les processus de décision et de leur permettre de participer aux JO de Londres.

Ces JO qu’on a souvent qualifiés d’énorme triomphe à mettre à l’actif de Sebastien Coe, leur patron, pourraient maintenant voir leur image se transformer pour devenir les Jeux de la duperie. Avec quelles conséquences pour l’ex-boss, devenu maintenant celui de l’IAAF ????

 

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand
Étiquettes: