Mo Farah se retrouve très exposé après qu’il ait été révélé qu’il aurait manqué deux contrôles anti-dopage inopinés en un an en 2010 et 2011. L’information explose au grand jour alors que le Britannique a mis le cap sur Font Romeu pour son entraînement.

 

Mo Farah sur la piste de Font Romeu

Mo Farah sur la piste de Font Romeu

Ah, ces sonnettes qu’on n’entend pas retentir ! La liste des athlètes n’ayant pu être contrôlés faute d’avoir entendu la sonnette de leur appartement ou maison vient de s’allonger d’un nom prestigieux. Celui de Mo Farah… Et le moins qu’on puisse dire est que le tintamarre suscité en Angleterre par cette information révélée par « Sportsmail » s’entend, lui, jusqu’à l’autre bout de la planète !

Car ce contrôle inopiné non effectué dans les premiers mois de 2011 aurait été le deuxième à mettre à l’actif de Mo Farah. Le premier raté remontait au début de l’année 2010, six mois environ avant que Mo Farah ne se hisse sur le devant de la scène, en éclipsant le record britannique du 5000 mètres de David Moorcroft et en devenant le premier Britannique à passer sous les 13 minutes.

Lors du deuxième contrôle raté, Mo Farah venait juste de débuter sa collaboration avec Alberto Salazar, qui selon les informations du Daily Mail, aurait incité son protégé le 5 mai 2011 à beaucoup de prudence dans le futur, pour éviter un 3ème no show.

Les règles de la Fédération Britannique de l’époque ne souffraient d’aucune équivoque à cette époque : trois contrôles loupés en une année signifiaient une suspension (la règle s’est allégée depuis 2013, les trois no show sont décomptés sur 18 mois). C’est ainsi que Christine Ohuruogo avait écopé d’une suspension de 12 mois en 2006 pour trois no show.

Même si de nombreux athlètes anglais ont pris sa défense, expliquant qu’il est relativement facile de « rater » ces contrôles inopinés, l’affaire a pris une tournure énorme en Grande Bretagne alors qu’une véritable traque journalistique s’est lancée à l’égard de Mo Farah, après qu’il ait paru peu convaincant dans sa conférence de presse de Birmingham en plein scandale Salazar, et qu’il ait déclaré forfait au matin de son 1500 mètres, laissant en fureur le public venu pour l’applaudir.

Mo Farah à l’entraînement à Font Romeu, pas à Portland

Mo Farah s’était ensuite excusé via son Face Book et c’est à nouveau par ce réseau social qu’il a révélé qu’il s’entraînait maintenant à Font Romeu, dans l’optique de sa préparation pour le Meeting de Monaco du 17 juillet prochain.

Là encore, le bât blesse : Mo Farah avait prétexté quitter Birmingham pour repartir sur Portland et y exiger des explications d’Alberto Salazar sur les allégations de ses ex-athlètes et ex-assistants coachs. Mais en réalité, il n’aurait plus été vu à l’entraînement dans l’Oregon, jusqu’à ce qu’il poste sur FB sa photo sur la piste de Font Romeu.

Les choses risquent de devenir de plus en plus compliquées pour Mo Farah. La presse britannique réputée pour sa pugnacité et son attrait des scandales pourrait bien ne plus le lâcher, pour découvrir tous ses secrets….

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Mo Farah via FB