La traileuse Laureline Gaussens a été suspendue par la FFA pour deux ans jusqu’en août 2017, suite à son contrôle positif lors du Trail de Côte d’Or fin mai. L’analyse a révélé la présence de morphine dans ses urines, ce qu’elle ne comprend pas.

 

Laureline Gaussens, suspendue par la FFA

Laureline Gaussens, suspendue par la FFA

Le monde du trail est ébranlé par une affaire de dopage. Laureline Gaussens, ancienne marathonienne, venue au trail depuis quelques années, s’est vue notifier par la FFA une sanction d’une durée de deux ans, débutant le 25 août 2015.

Ceci à la suite d’un contrôle anti dopage positif effectué à l’arrivée de l’Ultra Trail de Côte d’Or fin mai, où elle avait couru sur 47 km, pour finir 1ère femme et 2ème au scratch ! Dans l’urine de la coureuse, âgée de 35 ans, l’AFLD a découvert la présence de morphine à une concentration estimée de 1.8 nanogramme par millilitre, alors que la norme maximum est de 1.3 nanogramme par millilitre.

L’analyse de l’échantillon B effectuée à la demande de la coureuse a confirmé les résultats de l’échantillon A.

A la très grande surprise de Laureline Gaussens, qui a exprimé par courrier à la FFA le 3 août 2015 « son incompréhension », soulignant qu’elle ne prend jamais de médicament même lorsqu’elle est souffrance, et qu’elle recourt uniquement à des traitements homéopathies. Elle avait d’ailleurs déclaré lors du contrôle anti-dopage, avoir utilisé de l’Arnica Montana 5Ch et du Sporténine.

2ème au scratch en Côte d’Or

L’instance anti-dopage de la FFA n’a pas pris en compte ces protestations. Au contraire même, comme l’atteste la décision publiée par la FFA. L’organe disciplinaire présidé par Michel Marle souligne que la morphine est un produit très adapté à la pratique du trail et surtout, que la performance de Laureline Gaussens lors du Trail de Côte d’Or apparaît meilleure que ses performances antérieures.

Précédemment, elle comptait des performances de bon niveau, avec quelques jolis podiums, comme en 2013 où elle finit 2ème à la 6000 D, 6ème aux Templiers, 2ème à la Saintélyon.

Mais à la Côte d’Or, Laureline Gaussens avait atteint un résultat que peu de femmes ont pu épingler : une 2ème place au scratch, à seulement 6 minutes du vainqueur, et en devançant de 11 minutes le 3ème coureur. Elle s’était également distinguée, avec une 4ème place au scratch au Maratrail de la Drôme mi-mai, et à nouveau 4ème au scratch sur le 70 km du Trail St Jacques à la mi-juin.

Un tel enchaînement n’a probablement pas plaidé en sa faveur au moment de la décision sur sa suspension…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

 

Étiquettes: