Dans la nouvelle liste des athlètes suspendus livrée par l’IAAF, figurent le nom de quatre athlètes d’Arabie Saoudite. Trois pour l’utilisation d’amphétamines, et un pour usage d’EPO. Mais le plus étrange est que ces athlètes n’affichent plus de performances depuis plusieurs saisons…

Mohamed Shaween

Mohamed Shaween

 

Nouvelle livraison le 7 avril par l’IAAF des athlètes suspendus suite à des contrôles positifs. Parmi les nouveaux athlètes apparaissant pour suspension, Russes, Kenyans, Indiens sont bien représentés… Comme d’habitude !

Plus étonnant tout de même, la présence de 4 athlètes d’Arabie Saoudite, sanctionnés après un contrôle datant du 6 février 2016. Tous les 4 reçoivent 4 ans de suspension. Pour Saad Musleh Al Bishi, coureur de 400 haies, Nawal Ahmed Al Yawi et Khalid Eisa Ogby, sauteurs en hauteur, ce sont des amphétamines qui sont en cause. Et pour Naif Yahya Daak, spécialiste du 1500 m, de l’EPO a été détectée.

Mais qui sont ces athlètes ??? Le passage des noms passés à la moulinette des stats recèle quelques surprises. Ainsi Saad Musleh Al Bishi et Naif Yahya Daak n’affichent plus aucune performance depuis 2013, ils valaient alors respectivement 56’’95 sur 400 Haies, et 3’52’’ sur 1500 m. Pour le sauteur Khalid Eisa Ogby, ses références remontent carrément à 2011, avec une marque à 2 mètres. Et Nawal Ahmed Al Yawi est le seul à livrer une référence plus récente, avec 2,20 mètres en 2015. Comment se retrouvent-ils maintenant positifs ? Le mystère est total…

Avant ce quatuor, d’autres Saoudiens étaient passés à la trappe, et ils sont encore trois à figurer parmi les interdits. Yousef Alasiri pour Clenbutérol, Mashnati Naif pour Norandrostérone, et Mohamed Yousef pour Stanozol.

Mohamed Shaween, contrôlé positif un an après les JO

Mais le cas le plus frappant pour l’Arabie Saoudite a été celui de Mohamed Shaween, qui avait reçu fin 2013 une sanction de trois ans suite à des irrégularités de passeport biologique. Cet ex-Marocain devenu Saoudien s’était illustré sous ses nouvelles couleurs avec une victoire sur 1500 m aux Jeux d’Asie en 2010. Avant sa naturalisation, il n’affichait qu’un tout petit palmarès, une demi-finale au Mondial 2007, une sortie en séries aux JO de Pékin, au Mondial 2009 et 2011.

En 2011, cela s’emballe, avec un record porté à 3’31’’47, et une participation aux JO 2012, où il accède à la demi-finale. Il débarquait à Londres dans un drôle de contexte, il était entraîné par Ayoub, un Marocain, qui conseillait également Amine Laalou. Or quelques jours avant les JO, celui-ci avait été contrôlé positif à Monaco…

Et quelques mois plus tard, Mohamed Shaween se faisait, lui aussi, rattraper par la patrouille…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand