Laila Traby, en compétition malgré sa suspension ?

16 février 2016

Laila Traby aurait disputé un semi-marathon au Maroc, en dépit de sa suspension pour trois années suite à son contrôle anti-dopage. Elle risque la suspension à vie.

 

traby cross de marseille

Le site « All Athletics » s’affirme comme la référence mondiale en termes de compilations de performances. On peut donc ajouter le plus grand crédit à une information qu’il diffuse, en attribuant à Laila Traby (Hmatou) un résultat sur semi-marathon datant du 1er novembre 2015, avec un chrono de 1h15’11’’ réalisé lors du semi de Laayoune.

Sur le résultat apparaissant sur le site officiel de l’épreuve, il apparaît en 4ème position une coureuse désignée sous le nom de Laila Hamato et de nationalité française. Les compilateurs de « All Athletics » ont raccroché cette performance à la fiche de Laila Hmatou, (nom de jeune fille de Laila Traby, qu’elle réutilise) et leur grand sérieux autorise à considérer comme fiable cette décision.

Une situation lourde de conséquence : la Française est sous le coup d’une suspension de trois ans prise le 23 avril 2015 par l’AFLD à la suite de son contrôle positif constaté le 7 novembre 2014, où avait été détectée la présence d’EPO.

Laayoune, la ville natale de Laila Traby

Quelle peut être la conséquence de cette transgression ? L’IAAF devra en préalable s’entourer de toutes les précautions pour s’assurer qu’il s’agit bien de la médaillée de bronze du Championnat d’Europe 2014. A la FFA, Michel Marle avoue découvrir cette situation, mais le responsable de l’anti-dopage à la Fédération estime qu’il pourrait en découler une suspension à vie pour l’athlète. Et il ne dissimule pas sa surprise à la voir ainsi braver une suspension, tout en évoquant les difficultés à ce que les informations sur les athlètes suspendus circulent de manière fluide entre les différentes agences, l’AFLD pour la France, et l’agence marocaine pour le Maroc.

Toutefois Laila Traby Hmatou est particulièrement bien connue à Laayoune, il s’agit de sa ville natale, sa famille y réside encore, et ce lieu, capitale du Sahara Occidental, avait été immortalisé lors du sujet que Stade 2 lui avait consacré début octobre 2014, tout juste un mois avant l’épisode rocambolesque de son contrôle anti-dopage effectué à Matemale près de Font Romeu, qui l’avait amenée en garde à vue après qu’elle ait refusé le prélèvement de la contrôleuse.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand