Renelle Lamote 4ème au bilan mondial d'avant J.O.

Renelle Lamote 4ème au bilan mondial d’avant J.O.

La sélection française est tombée hier forte de 29 hommes et 25 femmes. Voici un décryptage de cette sélection française.

 

16 qualifiés dans les meilleurs mondiaux chez les hommes

Les minima français sont fixés grosso modo pour ne retenir que des athlètes rentrant dans les 16 meilleurs mondiaux à 3 par pays.

Et cette règle est fort bien respectée chez les hommes car 16 des sélectionnés en individuel figurent bien dans cette hiérarchie au bilan IAAF au 10 juillet sur les 19 qualifiés.

Avec 7 dans le Top 8, Renaud Lavillenie (1),  Jimmy Vicaut (3), Dimitri Bascou (8), Yohann Diniz (1), Kevin Ménaldo (6), Yohann Kowal (8), Kevin Mayer (4).

Chez les femmes, elles ne sont que 7 à rentrer dans le top 16 mondial et uniquement 2 dans le top 8, Antoinette Nana Djimou 8ème à l’heptathlon et Renelle Lamote 4ème au bilan mondial sur 800 m.

Cette représentation statistique permet d’évaluer très vite les chances françaises aux J.O. tant en nombre de médailles qu’en nombre de finalistes.

PML, Manga, mon cœur balance

Sur le papier, Pascal Martinot Lagarde s’est qualifié en réalisant les minima olympiques avec un temps de 13’’29 réalisé à Rome.

Sur la piste d’Angers et ce fut l’une des surprises du jour, PML fut dans l’incapacité de jouer la bagarre laissant Bascou, Belocian et Manga s’expliquer entre eux, dans cet ordre sur le podium des championnats de France.

C’est ainsi que Aurel Manga est entré dans la danse, une 3ème place à Angers lui ouvrant les portes des Europe et un temps de 13’’33 minima olympique en poche réalisé en séries. A Amsterdam, Le protégé de Giscard Samba tient son rang et réalise un parcours honorable en prenant la 6ème place de la finale alors que PML reste à la maison.

Le match pour la 3ème place pour les J.O. se joue donc sur le fil du rasoir entre les 2 hurdlers.

L’un a rempli toutes les conditions, il s’agit d’Aurel Manga, minima + podium au France alors que PML n’a réussi qu’un seul critère, les minima avec 13’’29 contre 13’’33 pour son adversaire.

Finalement, les sélectionneurs ont misé sur l’expérience, le palmarès et la carrière internationale de PML ont parlé pour lui notamment sa seconde place à Eugene lors des Mondiaux en salle sur 60 mètres haies.

Pas de pitié pour les demi- fondeurs

Pas de clémence pour Morhad Amdouni. Avec 3’35’’58 et une place de 18ème au rang mondial à 3 par pays, le français passe à la guillotine. Deux semaines après ce record personnel sur 15, il passe sur 5000 à Stockholm. Il réalise 13’22’’64 mais c’est trop loin des minima fixé à 13’15’’.

A Angers Morhad Amdouni reste sur 5000, il remporte le titre de champion de France dans une course de sénateurs. La brèche ne s’ouvre pas pour qu’il soit racheté. Pas même aux Europe où sur 5000, il réalise une course généreuse, cinquième au final. Là encore, la serrure reste fermée. Injuste ???

Quant à Ophélie Claude Boxberger, elle a mené une longue bataille contre les minima fixés à 9’34’’ sur 3000 mètres steeple. Elle va courir l’Europe pour tenter de trouver la course qui peut la propulser au soleil de Rio. 7 courses en 2 mois et un dernier 3000 steeple à Courtrai le 9 juillet. Elle prend même le risque de faire l’impasse sur les France Elites. Avec 9’34’’96 réalisé à Turku, elle échoue d’un souffle dans cette quête. Elle figure 34ème au bilan mondial et 24 à 3 athlètes par pays. Le couperet est tombé.

Florian Carvalho à Londres en 2012

Florian Carvalho à Londres en 2012

Florian Carvalho sauvé par le décalage horaire

La règle était simple, un athlète n’ayant pas réalisé les minima mais figurant dans le top 16 mondial à 3 par pays au 10 juillet est potentiellement sélectionnable.

Ainsi à quelques heures près, Florian Carvalho sauve sa tête et se voit qualifié pour une seconde olympiade.

En effet, le 10 juillet à minuit, il est bien 16ème mondial au bilan IAAF. De l’autre côté de l’Atlantique, le 1500 des trials américains n’a toujours pas eu lieu. En pleine nuit, à 2h 20 du matin, mais nous sommes déjà le 11 en France, deux milers US réalisent un temps inférieur au 3’35’’39 du français. Il s’agit de Matt Centrowitz avec 3’34’’09 et de Robby Andrews avec 3’34’’88. Ces deux chronos font descendre Florian à la 18ème place. Ces deux performances sont bien enregistrées au 10 juillet mais Florian Carvalho est sauvé par le décalage horaire.

Mamadou Kasse Hann sauvé pour le relais

Pour 5 petits centièmes, Mamadou Kasse Hann loupe la qualification sur 400 mètres haies.

Mais le hurdler installé à Montpellier depuis de longues années et naturalisé français depuis peu a été repêché, son nom figure dans la liste des 6 relayeurs pour le 4 x 4.

En 2012, il s’était qualifié pour les J.O. de Londres avec son pays de naissance, le Sénégal pour lequel il espérait tant offrir une médaille olympique. Il espérait suivre les traces de son modèle Amadou Dia Ba, médaillé d’argent sur 400 H à Séoul, à ce jour seul Sénégalais à être médaillé olympique.

Christelle Daunay, la vétérane, un exemple pour le marathon français

Ce n’est certainement pas le titre qui lui fait le plus plaisir, celui d’être la doyenne de la délégation française en athlétisme.

Mais l’essentiel n’est pas là, Christelle Daunay en grande professionnelle s’est qualifiée à 41 ans pour ses troisièmes J.O. en réalisant 2h 26’57’’ l’an passé lors du marathon de New York (en 2012, elle avait renoncé à courir sur blessure).

Elle est certes l’arbuste qui cache la misère du marathon français mais c’est avant tout un modèle pour les futures générations. Un modèle de persévérance pour arriver et se maintenir ainsi au plus haut niveau mondial en se construisant un univers propre à mener une telle carrière.

Fallait-il ou non sélectionner un relais 4 x 4 masculin ?

La question a été posée sur les réseaux sociaux et la mèche a mis le feu. D’autant plus que ce relais masculin n’a pas fait ses preuves à Amsterdam, boulégué en qualifs, 7ème en série dans le temps de 3’04’’95. Sans les honneurs. Alors que les françaises, sans tapage, sortaient de ces Europe, médaillées d’argent.

Mame Ibra Anne (45’’39), Mamadou Kasse Hann (aucun temps sur 400 m plat), Mamadou Elimane Hanne (49’’31), Teddy Atine-Venel (47’’14), Thomas Jordier (45’’72), Ludvy Vaillant (46’’27) ont ainsi été retenus pour constituer le quatuor final. Une sélection qui ne respecte en rien le bilan français avec un niveau de performance individuel faible bien en de ça de plusieurs performances réalisées en demi fond.

Le relais 4 x 4 masculin aux J.O. n’a jamais été performant. Il faut remonter en 1972 pour trouver la France médaillée de bronze avec l’équipe Bertoult, Vélasquez, Kerbiriou et Carette en 3’00’’7. Depuis, ce relais fut absent 3 fois, éliminé au premier tour 5 fois et deux fois 4ème en 1980 et en 2000.

Mélina Robert Michon et Vanessa Boslak, une quatrième olympiade

C’est remarquable, un parcours exemplaire pour ces deux athlètes qui depuis 2004 appartiennent au gratin mondial avec une mention spéciale pour la perchiste, trois fois en finale avec des places de 6ème, 9ème et 10ème.  Alors que MRM au disque est finaliste par deux fois, 8ème à Pékin et 5ème à Londres avant de remporter l’argent au Mondial de Moscou en 2013 le sommet de sa carrière.

Pour cette olympiade, 8 athlètes en seront à leurs 3èmes J.O. Yohann Diniz, Mahiedine Mekhissi, Vanessa Boslak, Christelle Daunay (mais blessée en 2012, elle renonce à sa qualification), Antoinette Nana Djimou, Mélina Robert Michon et Phara Anacharsis

Kafetien Gomis, 12 ans après Athènes

En 2004, Kafétien Gomis se qualifie pour les J.O. d’Athènes. Il n’a que 24 ans. En qualif., il réalise 7,99 m mais c’est insuffisant pour rentrer en finale.

Le sauteur en longueur va devoir ainsi attendre 12 ans pour prétendre une nouvelle fois concourir sur le sauteur des J.O.

Il est constant au niveau européen, trois médailles à son actif, il est constant au-delà des 8 mètres depuis 2004 et ses 8,21 m, mais les J.O. lui échappe par deux fois.

Cette année, à Aubière, il met le feu avec 8,23 m en salle mais le reste de sa saison est terne, 7ème à Amsterdam et une meilleure marque à 7,93 m. Les minima ne sont pas réussis mais à 36 ans, le protégé de Renaud Longuèvre est récompensé pour travaux rendus à la « nation ».

Renaud Lavillenie leader de l'équipe de France

Renaud Lavillenie leader de l’équipe de France

LA SELECTION HOMMES

. 100 mètres : minima : 10’’09

. Jimmy Vicaut 9’’86

. Christophe Lemaitre 10’’09 

. 200 mètres : minima : 20’’30

. Christophe Lemaitre 20’’27

 . 800 mètres : minima : 1’45’’10

. Pierre Ambroise Bosse 1’44’’51

. 1500 mètres : minima 3’35’’00

. Florian Carvalho 3’35’39 

. 110 mètres haies : minima : 13’’35

. Dimitri Bascou 13’’20

. Wilhem Belocian 13’’28

. Pascal Martinot Lagarde 13’’29 

. 3000 mètres steeple : minima 8’22’’00

. Yohan Kowal 8’17’’83

. Mahiedine Mekhissi 8’20’’10

. Longueur : minima 8,15 m

. Kafetian Gomis 7,93 m

. Perche : minima 5,70 m

. Renaud Lavillenie 5,95 m

. Kevin Menaldo 5,80 m

. Stanley Joseph 5,75 m

. Triple saut : minima 17,05 m

. Harold Correa 17,08 m

. Benjamin Campaoré  16,53 m

. Décathlon : minima 8300 points

. Kevin Mayer 8446 points

. Bastien Auzeil 8191 points (14ème Mondial – second minima requis 8150 points)

. 20 km marche : minima 1h 21’30’’

. Kevin Campion 1h 20’46’’

. 50 km marche : minima 3h 53’’00’’

. Yohan Diniz 3h 37’48’’

. Relais 4 x 100 mètres :

. Jimmy Vicaut

. Christophe Lemaître

. Mickael Meba Zeze

. Stuart Dutamby

. Marvin René

. Guy Elphège Anouman

. Relais 4 x 400 mètres :

. Mame Ibra Anne

. Mamadou Kasse

. Mamadou Elimane Hanne

. Teddy Atine-Venel

. Thomas Jordier

. Ludvy Vaillant

LA SELECTION FEMMES

. 400 mètres : minima 51’’30

. Floria Guei 50’’84

. 800 mètres : minima 2’00’’00

. Renelle Lamote 1’58’’01

. Justine Fedronic 1’59’’86

. Marathon : minima 2h 30’00’’

. Christelle Daunay 2h 26’57’’

. 100 mètres haies : minima 12’’85

. Sandra Gomis 12’’79

. Cindy Billaud 12’’83

. 400 mètres haies : minima 55’’98

. Phara Anacharsis 55’’84

. Perche : minima 4,60 m

. Vanessa Boslak 4,60 m (indoor)

. Triple Saut : minima 14,25 m

. Jeanine Assani Issouf 14,40 m

. Disque : minima 52 mètres

. Melina Robert Michon 64,96 m

. Pauline Pousse 62,68 m

. Marteau : minima 72 mètres

. Alexandra Tavernier 72,16 m

. Javelot : minima 62,50 mètres

. Mathilde Andraud 63,54 m

. Heptathlon : minima 6300 points

. Antoinette Nana Djimou 6458 points

. 20 km marche : minima 1h 31’45’

. Emilie Menuet 1h 31’38’’

. 4 x 100 mètres

. Floraine Gnafoua

. Stella Akakpo

. Carolle Zahi

. Jennifer Galais

. Céline Distel Bonnet

. Maroussia Paré

4 x 400 mètres

. Floria Gueï

. Marie Gayot

. Phara Anacharsis

. Brigitte Ntiamoah

. Elea Mariama Diarra

. Agnès Raharolahy