maroc drapeau a

 

L’affaire de dopage et de trafic de produits dopants avance à grands pas au Maroc. Média24 révèle de nouvelles informations sur l’enquête désignant Ifrane comme la plaque tournante du trafic orchestré par un ancien international. 60 coureurs seraient impliqués, la France est également désignée, c’est l’une des ramifications de ce trafic d’EPO. 

 

C’est curieusement un site d’information dédié à l’économie qui est à la base des fuites sur cette nouvelle affaire de dopage et de trafic de produits dopants entachant le Maroc.

Dans un communiqué publié mardi 17 mai en soirée, Média24 avance de nouveaux faits sur cette affaire qui fait l’objet d’une sérieuse enquête policière et qui devrait déboucher sur de nombreuses plaintes et un procès retentissant.

Média24 révèle (sans citer le nom) que la plaque tournante du trafic est Ifrane, la tranquille station d’altitude devenue l’une des bases favorites de l’entraînement d’altitude pour les coureurs marocains et européens. Il s’agissait d’un secret de polichinelle car depuis longtemps Ifrane était désignée comme la plaque tournante du trafic. Média24 le confirme, désignant précisément une pharmacie locale fournisseur « agréée » du fameux EPREX, l’EPO en microdosage très largement utilisé dans le monde du demi-fond et du marathon.

Le boss de ce trafic serait un ancien athlète de l’équipe nationale, médaillé plusieurs fois à titre individuel et collectif (sans doute un crossman ?!). Deux anciens coureurs militaires sont également désignés.

A ce stade de l’enquête, c’est l’analyse des SMS passés entre dealers et consommateurs qui a permis de remonter la filière et de mettre sur le grill une soixantaine de coureurs. Cinq auraient déjà été arrêtés.

Cette affaire n’est pas que locale puisqu’elle s’étend jusqu’en Europe, avec deux ramifications, la France et l’Italie, avec à leurs têtes deux coureurs évoluant dans un club italien et français.

> Texte et photo Gilles Bertrand

> Source Media24