Juste après sa qualif. sur 200 m, Guy Elphège Anouman remporte le bronze sur 100 mètres

Juste après sa qualif. sur 200 m, Guy Elphège Anouman remporte le bronze sur 100 mètres

Guy Elphège Anouman est de retour ! L’ex cadet surdoué a brillé au Championnat d’Europe espoirs, avec la médaille de bronze sur le 100 mètres. A nouveau une belle performance pour le Team de Guy Ontanon.

 
Une deuxième médaille de bronze. Cette fois sur le 100 mètres. A Rieti, pour l’Europe junior, il y a deux ans, il l’avait conquise à la longueur. Mais ce bronze version 2 n’a pas tout à fait la même saveur. Depuis Rieti, Guy Elphège Anouman a connu une vraie traversée du désert, au point de ne s’aligner que sur une course dans toute la saison 2014, un 100 mètres couru à la mi-mai en 10’’62.

Très très loin du standing de ce surdoué de l’athlétisme, capable de courir en 21’’13 sur 200 m indoor à 16 ans, année où il marque les esprits en empochant le titre de Champion de France senior du 200 mètres en salle.

Un cadet supplantant les seniors, le scénario est pour le moins atypique… On est alors en février 2011, Guy Elphege Anouman paraît promis au plus bel avenir. Mais les choses vont s’embrouiller pour le sociétaire de Franconville, et il résume de manière abrupte : « Depuis, j’ai eu des hauts et des bas ! »

Il énumère le bon et le moins bon. L’été 2012 où il devient champion de France junior à la longueur, mais se bloque à la 12ème place au Mondial Juniors : « Je m’étais fais mal la veille. » L’été 2013, où il retrouve le positif avec la médaille de bronze au Championnat d’Europe junior.

Après le grand blanc de la saison 2014, Guy Elphege se décide à un choix radical : « J’ai changé d’entraîneur. J’ai choisi Guy Ontanon. » Et pour se justifier, il énumère tous les talents que le coach chapeaute, Jimmy Vicaut en tête… Pourtant le jeune athlète l’avoue, ce virage l’a un peu inquiété, et il préfère se placer dans l’optique d’une année 2015 « de transition ».

Mais très vite, la méthode Ontanon paie, et les chronos tombent, 10’’46 mi-mai pour la finale des interclubs, 10’’38 début juin, et puis le grand coup du Meeting Areva avec un nouveau record personnel en 10’’32…

Guy Elphege Anouman, 10 »32 au meeting Areva

Guy Elphege Anouman, ajouté dans le couloir 9, saisit sa chance dans cette course où Jimmy Vicaut monte au pinacle avec ses 9’’86, nouveau record d’Europe, et où Emmanuel Biron se propulse lui aussi vers un record personnel en 10’’18.

Guy Elphege AnoumanEn une soirée, les gars du Team Ontanon se boostent aux avant-postes, brillent aussi sur les épreuves d’ouverture, Teddy Venel sur le 400 m (45’’78) et Pierre Vincent sur le 100 m (10’’46). Et le lendemain, Guy Ontanon reçoit un autre cadeau, la qualification pour Pékin de John Jeffrey grâce à ses 20’’38 au Stade Charlety.

La Team Ontanon affiche une forme exceptionnelle, et trois jeunes protégés du coach se retrouvent dans l’avion pour Tallin, Eva Berger (elle sort en séries du 200 m), Stuart Dutamby, sur 200 m (qualifié pour la demi), et Guy Elphege Anouman, sur 100 m et 200 m.

Changement de coach ou pas, Guy Elphege Anouman n’a pu résister à ses vieux démons : les doublés. Ce suractif s’est fait une spécialité d’enchaîner deux disciplines dans le même championnat. Comme à Riéti, où en parallèle de son bronze à la longueur, il s’aligne sur 200 m, où il se fait sortir en demi-finales.

Pour cette saison new-look, il oublie la longueur suite aux problèmes physiques qu’elle lui provoquait souvent. Mais il insiste : « On reparlera peut-être de la longueur dans le futur ! » Pour le moment, il s’est mué en pur sprinter, et s’attaque à Tallinn à un doublé 100-200 m exigeant, avec la série de 200 m et sa finale du 100 m à disputer en l’espace de 2 heures seulement.

On l’a ainsi vu finir son 200 mètres éprouvé, au point que ses chances sur 100 mètres paraissaient être devenues très ténues : « Oui, j’ai eu peur après le 200 mètres. J’ai eu mal aux ischios. Le chrono n’était pas bon. »

Guy Elphege Anouman doute, mais discute avec Stuart Dutamby, son copain d’entraînement : « Il m’a dit que je manquais de jus sur 200 mètres, mais que ça peut tout de même passer en finale du 100 mètres. »

C’est finalement un message très surprenant d’un ex-athlète de son ancien groupe, Djadide Dousseini, qui va lui donner le petit plus qui manquait : « Il m’a dit qu’il suivait mes perfs. Il m’a encouragé. Cela m’a fait plaisir. Et ça m’a motivé ! »

Suffisamment pour le dissuader de déclarer forfait au moment de l’échauffement : « J’avais très mal au dos. Je me suis posé la question de courir ou pas. » Mais finalement, Guy Elphege Anouman a gardé le cap, qu’il résume d’une formule : « J’ai décidé de doubler. Maintenant, il faut assumer ! »

Une attitude volontaire qui l’a récompensé avec un très joli bronze…

 Texte : Odile Baudrier
 Photo : Gilles Bertrand