Genzebe Dibaba n’était pas présente au Meeting Herculis de Monaco, où elle avait été annoncée ce printemps avec de grosses ambitions sur 3000 mètres, dans ce stade où elle a gommé l’été dernier le record du monde du 1500 mètres. Mais après un début de saison marqué par les forfaits et un abandon,  un nouvel accord financier n’a pu être trouvé. C’est ainsi à Barcelone que l’Ethiopienne a effectué son retour sur la piste avec une performance de très haut niveau sur 1500 m.

 

DIBABA-1500W R

Genzebe Dibaba avait été la première athlète annoncée pour l’édition 2016 du Meeting Herculis, dès la mi-mai. Programmée cette fois sur 3000 mètres, sur cette piste de Monaco où elle avait étincelé l’année dernière avec son record du monde du 1500 m de 3’50’’07. Mais finalement le 3000 mètres s’est couru sans elle.

Entre la mi-mai et la mi-juillet, les donnes avaient bien changé pour l’Ethiopienne. Au printemps, sa brillance demeurait intacte, toute auréolée de son record du monde de l’été dernier, puis du mile en salle. Mais elle enchaînait ensuite les forfaits dans les meetings de début de saison, arguant d’une blessure. Jusqu’à cette journée du 20 juin où la Police Catalane effectuait une descente à Sabadell sur le lieu de stage de Genzebe Dibaba et de tout le groupe de son entraîneur Jama Aden.

L’affaire a fait les gros titres, avec la saisie d’EPO dans deux chambres d’hôtel, l’interpellation de Jama Aden, d’un kiné, et de Mousaeb Balla, et les contrôles anti-dopage diligentés par l’IAAF sur une vingtaine d’athlètes du groupe, dont Genzebe Dibaba.

Un litige financier avec Dibaba

Est-ce à cause de cette affaire au goût sulfureux que l’organisation du meeting de Monaco a renoncé à inviter l’Ethiopienne sur le 3000 mètres ?? Non, répond fermement Rémi Charpentier, en charge du plateau, qui insiste d’ailleurs : « Selon mes informations, il n’y a pas d’éléments contre elle ». C’est un litige financier qui est à l’origine de ce revirement : Rémi Charpentier a souhaité revoir à la baisse le montant financier fixé mais s’est vu opposer un refus.

Pourquoi un tel changement ? Par simple pragmatisme. Et Rémi Charpentier a cette formule : «Dibaba ne remplissait plus les conditions de performance fixées. Je suis rapia. Alors, je renégocie.». Pour cela, il s’est rendu en Espagne rencontrer Juan Pineda, le nouveau manager de l’athlète après que le Suédois Ulf Saletti se soit retiré immédiatement après la descente policière de Sabadell.

Rémi Charpentier a développé son argumentaire : « Est-elle capable de courir en 8’06’’ ? Si c’est pour courir en 8’30’’, ce n’est plus la même chose ! Le montant demandé ne correspondait plus.» 8’06’’, ce serait un record du monde même si l’annonce officielle évoquait surtout l’objectif du record du meeting de 8’16’’.

La seule course estivale de Genzebe Dibaba, à Barcelone le 30 juin, ne plaidait évidemment pas en sa faveur, avec une sortie de la piste sur un fauteuil roulant, sur blessure…

Les montants sont confidentiels

De quelles sommes parle-t-on dans ces deux contrats ? Le secret règne. Rémi Charpentier s’en justifie : « C’est confidentiel. » Pourquoi de tels mystères ? « C’est surtout par rapport à la concurrence des autres meetings. Chacun veut faire le meilleur meeting au moindre coût. Chacun négocie. »

Seuls éléments tangibles qu’il accepte de communiquer : à Monaco, la victoire rapporte 10.000 dollars, un record du monde 50.000 dollars, le prize money s’élève à 30.000 euros sur les 16 épreuves au programme. Pour un budget global du meeting ressort entre 1 million et 1.5 million d’euros, bonus et frais de déplacement inclus.

Le budget 2016 se situera certainement dans la fourchette basse, suite au forfait de plusieurs athlètes, comme celui de Jimmy Vicault. Car comme le souligne Rémi Charpentier : « Dibaba attire l’attention mais il est fréquent qu’il y ait des annulations.. » Et il se rappelle ainsi un autre épisode similaire, en 2011, celui du désaccord avec Walter Dix. Cette fois-là, c’est le frère du sprinter qui avait souhaité revoir à la hausse le contrat prévu, à la toute dernière minute. Résultat : un refus de l’organisation et un couloir libéré 3 jours avant le meeting….  Des litiges rendus possibles par le formalisme très light que pratiquent les managers : aucun contrat n’est formalisé, il s’agit simplement de « Gentlemen Agreement ».

Genzebe Dibaba a boudé Monaco. Paradoxe, quelques jours plus tôt à Barcelone, elle démontrait que ses jambes n’avaient pas perdu toute de leur puissance, abattant son 1500 mètres en 3’59’’83, tout en courant sans pointes pour des problèmes au pied. Très loin de son record du monde, mais largement suffisant pour la propulser dans l’équipe olympique d’Ethiopie….

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photos : Gilles Bertrand
  • Genzebe Dibaba au championnat national de cross en Ethiopie en 2010

    Genzebe Dibaba au championnat national de cross en Ethiopie en 2010