dibaba

 

L’Ethiopienne Genzebe Dibaba, nouvelle recordwoman du monde du 1500 mètres, établi à Monaco avec un temps extra-terreste de 3’50’’07 a révélé dernièrement la nature d’une séance explosive avec un dernier 800 mètres en 1’58’’. A méditer !

 
Tous les entraîneurs le soutiennent avec raison. Une séance, tirée du panier d’une longue préparation, ça ne dit pas grand-chose. Tous le confirment, il faut connaître le avant pour mesurer l’intérêt de cette séance.

Il n’y a que le coach de l’athlète pour affirmer sur le profil d’une seule séance que : « là, c’est OK, tu es prêt ».

Dans un entretien accordé au site américain Run Blog Run, Genzebe Dibaba s’est confiée à la fois sur son ambition de doubler 1500 – 5000 à Pékin mais elle est également revenue sur sa préparation d’avant Paris et Monaco pour révéler la nature d’une séance qui était semble-t-il le témoin d’une forme étincelante.

La nature de cette séance : 6 x 800 mètres. Certes, les temps de récupération ne sont pas précisés, mais les chronos réalisés sur le double tour de piste par l’éthiopienne prouve à quel point, la petite dernière des Dibaba était sur une rampe de lancement qui allait la conduire vers le record du monde du 1500mètres établi à Monaco en 3’50’’07 : 5 x 800 en 2’02’’ – 2’03’’ et 2’04’’ et un dernier 800 en 1’58’’. Un temps « obus » qui placerait la protégée de Jama Aden dans le top 10 mondial 2015 (seules 7 athlètes ont réalisé moins de 1’59’’ cette année).

Genzebe Dibaba confirme qu’à travers cette séance, elle se savait prête pour l’essentielle, voir l’impossible.

Elle échoua à Paris dans une vraie fausse tentative de record du monde sur 5000, une course ultra rapide où elle réduisait son rôle à contrôler Almaz Ayana pour lui mettre une raclée à la Bekele dans le rush final. 14’11’’15 et 14’21’’97 pour sa compatriote qui sera sa principale rivale sur 5000 à Pékin.

Un Mondial et ses pontes qui auront bien du mal à esquiver les questions portant sur le dopage

Justement, Pékin, un Mondial placé sur le signe de la polémique et d’une fin de règne d’un Lamine Diack, président de l’IAAF assis sur un pot de chambre en feu. Un Mondial et ses pontes qui auront bien du mal à esquiver les questions portant sur le dopage.

Un questionnement que Genzebe Dibaba et son coach, Jama Aden, ne pourront également éviter lorsque vont s’enchaîner les tours et les finales. Car l’éthiopienne s’est lancée un défit, celui de doubler 1500 – 5000 sur la piste du Nid d’Oiseau. Soit 5 courses dont deux finales entre le 22 et le 30 août, le 1500 se déroulant les 22, 23 et 25 août avec en enchaîné séries, demie et finale alors que sur 5000 les demies sont programmées le 27 août et la finale le 30 août, le dernier jour du Mondial.

Le Mondial aura bien besoin de ce petit feuilleton pour se sortir de l’énorme gouffre dans lequel l’IAAF s’est fourvoyée elle-même, à mois que Genzebe Dibaba aux yeux de velours ne s’impose avec insolence. Il suffira juste de se laisser amadouer ?!

> Texte et photo Gilles Bertrand

Étiquettes: