Eliane Houlette, une juge financière dans l’anti dopage

15 janvier 2016

La conférence de presse de la commission d’enquête de l’AMA à Munich a fourni l’occasion à Eliane Houlette, la patronne du parquet national financier, de s’exprimer sur les enquêtes en cours en France concernant Lamine Diack, son avocat Hassan Cissé, son fils Papa Massata, le Docteur Gabriel Dollé.

Eliane Houlette

Eliane Houlette

Elle s’est glissée en toute discrétion au premier rang de cette salle de conférence de presse installée au cœur du « Dolce Munich ». Eliane Houlette s’est ensuite équipée du casque audio transmettant la traduction simultanée des propos des trois membres de la Commission d’Enquête.

Après plus de 1h30 de commentaires et questions, Dick Pound, Richard Mclaren, Günther Young quittaient leur estrade pour venir s’assoir dans la salle. Il était temps pour Eliane Houlette de s’installer sur la tribune, bien droite devant le présentoir aux couleurs de la République Française.

La présence de la patronne du parquet national financier français ne pouvait que surprendre dans le contexte de cette conférence dédiée à la commission d’enquête de l’AMA. Un aspect qui ne pouvait échapper à cette grande professionnelle, et d’entrée, elle se justifiait : « La communication des procureurs de la République est courante pour les affaires importantes. Mais rarement depuis l’étranger. Je m’exprime aujourd’hui à Munich après la conférence de presse de la commission d’enquête, et dans le même lieu car cette affaire a été portée à la connaissance du parquet par des éléments de cette commission. »

A la tête du parquet national financier

Un peu plus tôt, Günther Young, le policier allemand enquêteur pour la commission, avait expliqué sa démarche : « Quand nous avons eu suffisamment de preuves pour pouvoir lancer une enquête judiciaire ou policière, nous nous sommes dits que nous mettions l’enquête en danger en entendant les protagonistes. Ainsi en cas de contact avec Dollé, si on lui donnait nos éléments à charge, il aurait pu détruire des éléments de preuves. C’est pour cela que nous nous sommes tournés vers les autorités françaises pour qu’elles contactent les personnes. »

Eliane Houlette était la femme de la situation : elle préside le Parquet National Financier depuis sa création en janvier 2014, suite au scandale Cahuzac, avec l’objectif de lutter contre la grande délinquance financière, après avoir été nommée par Christine Taubira, après une carrière brillante de magistrate et avocat général.

Devant cette assemblée de journalistes à l’affût des révélations sur l’étendue de la corruption dans l’athlétisme mondial, Eliane Houlette dévoile les diverses étapes, ayant débouché début novembre sur les mises en examen de Lamine Diack, Habib Cissé, Docteur Dollé, pour des faits de corruption active et passive, blanchiment… Elle rappelle ainsi quelques chiffres importants et effarants : 87.000 euros en cash découverts au domicile du Docteur Gabriel Dollé, 1.2 million d’euros sur un compte ouvert à Monaco au nom de Valentin Balakchnichev, l’ex-trésorier de l’IAAF, et ex-patron de la Fédération Russe, une caution de 500.000 euros pour Lamine Diack et de 100.000 euros pour Gabriel Dollé.

Autant d’éléments déjà largement dévoilés dans les colonnes de la presse française, et surtout du « Monde », disposant d’une lecture directe du dossier d’instruction à la faveur des liens privilégiés de Yann Bouchez avec l’entourage de Madame le Procureur. Même si Eliane Houlette prend le parti dans son début d’intervention d’un rappel à l’ordre sur la présomption d’innocence dont bénéficient en France tous les mis en cause. ..

Des sommes effarantes

Dans une intervention très maîtrisée, avec interdiction aux journalistes de lui poser des questions, Eliane Houlette énumérait les faits majeurs découverts durant l’instruction, et en particulier le traitement anormal du passeport biologique de 23 athlètes russes, autorisés ainsi à participer aux JO 2012 et pour certains au Mondial 2013 alors qu’ils auraient dû être suspendus. Et la Procureur de souligner : « La justification donnée par les protagonistes a été de ne pas créer un scandale à l’approche des JO et en raison de la négociation avec un important sponsor et de droits télé pour le Mondial 2013 de Moscou. »

Le trio mis en examen a beaucoup parlé, et les trois juges français du Tribunal de Paris voudraient maintenant que Papa Massata Diack leur livre, lui aussi, ses secrets sur ses agissements. Mais le fils Diack nargue la justice française depuis le Sénégal, et refuse de répondre à la convocation des juges. Et la Procureur de révéler qu’un mandat d’arrêt a été émis à son encontre par Interpol depuis le 16 décembre 2015.

Eliane Houlette achève sa démonstration en prenant soin de souligner que l’enquête se poursuit, et que les investigations en cours révèleront plus de faits sur ces dérives. A condition toutefois que les justices de la Russie et de Singapour acceptent de collaborer avec leur alter ego français…

Il ne restait plus à Eliane Houlette qu’à recevoir les félicitations de Dick Pound pour son intervention, témoignant d’une forte volonté française d’éradiquer une corruption dépassant les frontières.

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand