Dennis Mitchell, entraîneur du relais 4X100 américain depuis 2014, aurait dû perdre cette fonction pour les JO de Rio 2016 suite à une nouvelle règle l’interdisant au coach personnel de l’un des relayeurs, en l’occurrence Justin Gatlin. Mais finalement, Dennis Mitchell conserve son poste et la controverse à l’égard de l’ex-dopé se relance.

 

Dennis Mitchell

Dennis Mitchell

Les controverses n’en finissent pas autour de Dennis Mitchell. Son contrôle positif en 1998 avait déjà suscité quelques remous avec ses arguments rocambolesques. Il avait alors trouvé une excuse bidon, être devenu positif à la testostérone suite à la consommation de 5 bières et 4 rapports sexuels… La vérité explosera bien plus tard, lors de son témoignage dans le procès Trevor Graham, où dans le secret du tribunal, il admettra avoir utilisé ce produit. Mais il se refusera toujours à faire publiquement cet aveu.

Une sale affaire qui ne lui colle pas du tout à la peau. Quinze ans plus tard, il est retenu par la Fédération Américaine pour la fonction de coach des relais pour les Mondiaux. Une décision surprenante mais la fédération s’abrite derrière la règle de l’AMA autorisant un athlète à retrouver des fonctions officielles une fois sa peine purgée.

Un coach sans réussite, mais conservé à son poste

Depuis 2014, Dennis Mitchell a entraîné 10 équipes américaines sur 4*100 et 4*200 et comme le détaille Welton Johnson du site LetsRun, il a obtenu des résultats très moyens, avec la moitié des équipes disqualifiées ou ne terminant pas leur course…

On crut un moment que ce coach malheureux allait être rayé des tablettes, avec l’introduction d’une nouvelle règle de la Fédération US qui interdit cette fonction à l’entraîneur personnel d’un athlète retenu dans le relais. Dennis Mitchell conseille Justin Gatlin et à ce titre, il admettait en février auprès de l’Agence Reuters qu’il ne serait donc plus en charge du relais pour les JO de Rio.

Mais ultime retournement de situation, la Fédération Américaine a statué tout récemment pour lui permettre de conserver ce job, en différant l’entrée en vigueur de cette nouvelle disposition à la fin 2016.

Dennis Mitchell pourra donc enfiler à Rio sa double casquette, et retrouver pour la 4ème fois les Jeux Olympiques, après Séoul, Barcelone, Atlanta.

 Texte : Odile Baudrier
 Photo : D.R.