Charles Eugster n’en finit pas de faire parler de lui, avec ses performances de sprinter réalisées à l’âge de 95 ans ! Après le 100 m et le 200 m l’été dernier, l’Anglais a éclipsé le record du monde du 200 mètres en salle.

Charles Eugster

Charles Eugster

 

Sa vie n’en finit pas de s’étirer, et à 95 ans, Charles Eugster ne s’arrête pas de la remplir avec une intensité très particulière. Le Britannique n’a cure des limites que fixe l’âge. Au contraire, cet obsédé de l’anti-âge veut torpiller les idées reçues autour de la décrépitude physique provoquée par le vieillissement.

Avec son look original, ses muscles saillants, ses yeux pétillants, et sa moustache soigneusement taillée, il sait faire passer le message. Et son parcours l’illustre parfaitement.

Ce dentiste franco-suisse n’avait pratiqué que de l’aviron dans sa toute jeunesse, et avait ensuite gommé le sport de sa vie. Jusqu’à ce qu’un beau jour de 2004 : « Je me suis regardé dans la glace et je n’ai pas aimé ce que j’y voyais », raconte-t-il au journaliste du « Telegraph ». Il avait alors 85 ans !

Charles Eugster se prend en main, et s’attaque à la reconstitution de ses muscles. D’abord en revenant  vers le sport de son adolescence, l’aviron, il y remportera plus de 100 compétitions, avec le titre de champion du monde des Masters. A 87 ans, il se tourne vers le bodybuilding, il raflera également des dizaines de récompenses.

A 93 ans, il s’intéresse à l’athlétisme, d’abord au 1000 mètres. Mais très vite, le sprint devient son nouveau challenge, Charles Eugster ne jure que par les muscles et l’explosivité. Ce fan de l’anti-vieillissement constate combien la fonte musculaire affecte les corps, avec la nécessité d’essayer de maintenir la masse musculaire avec des exercices de force.

Créatine et acides aminés à son menu quotidien

A l’automne dernier, il débute de manière tonitruante sur le 100 m et le 200 m, avec les records britanniques des plus de 90 ans, bloquant les chronos à 25’’86 et 58’’03.

Mais ce compétiteur ne s’avoue nullement satisfait par ces performances, et revient cet hiver pour l’indoor. Avec cette fois, un record du monde du 200 m en salle des plus de 95 ans, couru en 55’’48 ! Soit deux secondes de mieux que l’ancienne marque.

Toutes ses performances ne doivent rien au hasard. Un test génétique lui avait dévoilé qu’il est naturellement plus doué pour les disciplines de puissance que pour les sports d’endurance.

La lutte contre les années s’est muée en obsession quotidienne pour l’ancien dentiste, qui dévore tous les écrits consacrés à ce thème. Par ricochet, il a adopté la diététique propre aux sprinters, riche en protéines. Il l’enrichit aussi avec des acides aminés et de la créatine. Ce produit très prisé dans les sports d’explosivité avait été un temps interdit par la législation anti-dopage, puis était devenu autorisé, même s’il comporte quelques risques rénaux.

Mais quelle importance pour un quasi-centenaire !??

    Texte : Odile Baudrier
    Photo : DR