Au championnat d’Europe de cross en 2012, l’Italien Andrea Lalli avait créé la surprise en remportant le titre, il avait alors supplanté Hassan Chahdi. Le Français avait devancé un autre italien Daniele Meucci au prix d’un gros effort. Trois ans plus tard, le duo italien est mis en cause pour des faits de dopage…

 

Andrea Lalli au Championnat d'Europe de cross 2010

Andrea Lalli au Championnat d’Europe de cross 2010

Hassan Chahdi pourrait-il être sacré champion d’Europe a posteriori ? Il est bien trop tard pour le prédire, mais on ne peut totalement écarter cette éventualité jusqu’à ce que la décision du Comité National Olympique ne tombe, probablement dans les mois à venir.

Sur quelles périodes portera la sanction demandée à l’encontre d’Andrea Lalli, pour cause de tests anti-dopage non effectués et de manquements à la localisation ? La réponse est évidemment déterminante, elle pourrait provoquer la perte de son titre de champion d’Europe de cross de 2012, qui serait alors attribué à Hassan Chahdi.

Un cavalier seul d’Andrea Lalli

Ce jour-là, à Budapest, on avait assisté à une incroyable démonstration de force d’Andrea Lalli, qui s’était calé d’entrée dans la foulée d’Hassan Chahdi, et après seulement 5 minutes de course, avait placé une accélération fulgurante à laquelle le Français n’avait pu résister. Dès lors, Hassan Chahdi n’avait pu se battre que pour la deuxième place, qu’il décrochait au nez et à la barbe de Daniele Meucci.

La surprise avait alors été totale que ce cavalier seul de Lalli jusqu’à l’arrivée, il devenait ainsi le premier athlète à avoir conquis le titre européen en junior, en espoir, et en senior. Pourtant depuis ces victoires dans les jeunes catégories, Andrea Lalli avait plutôt connu la traversée du désert, plus présent au mondial de cross depuis 2008, et avec des références sur piste plutôt anciennes, 13’45’’ sur 5000 m en 2009 et 28’17’64’’ sur 10000 m en 2010.

Andrea Lalli

Andrea Lalli

Andrea Lalli, conseillé par Stefano Baldini

Il n’avait alors que 25 ans, mais dès l’année suivante, il se lançait sur le marathon, avec 2h14’ à Venise, puis l’année suivante, en 2014, un chrono de 2h12’ le qualifiant pour le Championnat d’Europe de Zurich, où il abandonnera. Un début de carrière sur marathon le laissant insatisfait, et l’incitant à se tourner depuis peu vers Stefano Baldini, pour bénéficier des conseils du champion olympique 2004. Tout récemment, sous sa houlette, il avait ainsi terminé 11ème à New York, en 2h17′.

Il s’appuyait également sur Jeroen Deen, un physiothérapiste hollandais renommé, connu pour conseiller les meilleurs marathoniens du Kenya et d’Ethiopie. Et c’est ainsi que cet été, on retrouvait Andrea Lalli et Jeroen Deen à l’entraînement à Sestrière en Italie.

Nous avions rencontré Jeroen Deen en mai dernier à Eldoret, où il avait abordé sans détour le problème du dopage du Kenya, arguant à tout va qu’il refusait fréquemment de travailler avec des coureurs ne lui inspirant pas confiance….

Renato Canova formel : Andrea Lalli et Daniele Meucci sont propres !

Le Hollandais n’avait visiblement pas détecté les failles chez Andrea Lalli, son nouveau protégé. Pas plus que ne l’avait fait Renato Canova. L’entraîneur italien, une référence mondiale en entraînement, n’avait pas hésité à intervenir en août 2014 sur le forum du site américain « Lets’Run » pour livrer ses vérités sur la pratique de l’auto-transfusion parmi les athlètes italiens.

Renato Canova avait ainsi énuméré une liste d’athlètes « coupables », mais il avait également souligné que la nouvelle génération des marathoniens italiens était complètement « clean », en citant en particulier Andrea Lalli et Daniele Meucci.

Moins de 18 mois plus tard, les faits paraissent bien donner complètement tort à Renato Canova, avec ces deux marathoniens menacés de deux ans de suspension. Et on ne peut que s’interroger sur l’aveuglement de ces deux orfèvres…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : Gilles Bertrand
Daniele Meucci

Daniele Meucci