Allison Ostrander, étoile filante en Alaska

26 novembre 2015

alaska a

Allison Ostrander (en tête sur cette photo), une sur douée de la course à pied mais jusqu’à quand ?

Après Mary Cain et Alexa Efraimson, voici Allison Ostrander, un nouveau talent venu de l’Alaska. Talentueuse autant en cross, que sur piste et en course de montagne, elle est championne du monde junior en titre. La semaine dernière, alors qu’elle n’est que freshman, elle se classe seconde du très prestigieux championnat NCAA de cross aux Etats Unis. Une étoile filante de plus ?  

 

Dans Resurrection Bay, la petite ville de Seward se cache à l’abri des grands vents, un port de pêche apprécié également des plaisanciers qui viennent mouiller l’été au Nord du Golfe de l’Alaska au pied des montagnes du Parc national Kenai Fjords.

Un été 1915, deux gaillards se lancent un défi : « La Montagne là, moi je te dis qu’en moins d’une heure, je fais l’aller et retour ». Les deux hommes se tapent dans la main, les paris sont lancés, le perdant doit payer la tournée générale aux copains de bar.

De ce jour est née l’une des plus anciennes courses de montagne  américaine, the Mount Marathon. Un siècle déjà. Et dans ce coin d’Alaska, non loin de cette péninsule qui s’enfonce comme une queue de serpent dans l’océan, qui n’a pas transpiré dans cette montée saignante, le nez dans la pente pour se hisser au sommet, the Summit Rock à 1800 mètres d’altitude ? Car cette épreuve organisée le jour de Independance Day est une institution avec son côté folklore, sport et patriotisme.

Cette année, Kilian Jornet fut l’attraction. Un petit sprint entre deux escapades au long court, 31 minutes pour grimper et 10 pour rejoindre le centre ville en liesse, le nom du busard catalan désormais gravé dans le livre des records. Mais c’est à peine quelques minutes plus tard, que le public en masse dans l’artère principale exultait et ovationnait l’arrivée d’Allison Ostrander, une blondinette de 18 ans, une gamine du cru qui depuis six ans s’illustre sur les pentes de cette montagne, six fois vainqueur chez les juniors dont une fois au scratch devant tous les garçons de son âge. Un phénomène.

alaska 2 a

Dans la descente du Mount Marathon (photo Skimolife)

Pourtant, elle n’a rien d’impressionnant. Une blondinette menue qui ne semble pas être sortie de la puberté mais furieuse et « fugueuse » dès lors qu’il s’agisse de s’évader dans ces contrées alpines baignées d’un air océanique.

Teri et Paul, des parents coureurs, Taylor sa sœur aînée, elle aussi au talent affirmé en cross, Allison que ses proches surnomment Allie, est tombée elle aussi dans le faitout. De la montagne, de la piste et du cross, à part égale, mijotant pour satisfaire l’appétit de cette boulimique de l’effort pédestre. En 2015, cela se traduisait par un titre de championne du monde de course en montagne, quoi de plus facile ! Par 9’59’’33 sur 2 miles et 4’47’’86 sur mile et une victoire au Nike Cross National à Portland soit 36 victoires en 40 courses avec son lycée, la Kenai Central High School.

Pas étonnant dès lors que les universités américaines racolèrent dans l’espoir d’intégrer celle qui pourrait faire oublier Mary Cain ou bien encore Alexa Efraimson déjà passée pro, quant à elle, chez Nike. Ca se bouscule. L’université de l’Oregon est bien entendu sur les rangs. Avec les Ducks, c’est la légende Prefontaine que l’on vend, cette Track Town et le stade mythique de Eugene, des coachs réputés et une équipe de cross frappée du O de l’Oregon évoluant en NCAA groupe One.

Finalement, Allison Ostrander, la Kilian Jornet de l’Alaska, ne s’est pas laissée convaincre par les multiples arguments avancés par la grosse artillerie de Eugene. C’est à Boise dans l‘Idaho que cette junior s’inscrivait pour suivre un cursus universitaire aux côtés des Broncos, une équipe de cross fortement renforcée et bien décidée à remporter le titre national NCAA. A une seule condition cependant que le coach Corey Ihmels l’autorise à courir annuellement…The Mount Marathon. Visa accordé d’autant plus facilement que la jeune freshman se classait seconde des championnats NCAA de cross country disputés le week end dernier à  Louisville. Il lui devait bien cela.

 

> Texte : Gilles Bertrand