Jama Aden, encore sur la piste

2 juillet 2016

Au meeting de Barcelone de ce jeudi 30 juin, Jama Aden était présent sur la lice, comme à son habitude, pour assister aux courses de ses athlètes, qui n’ont d’ailleurs pas brillé, avec abandon pour Genzebe Dibaba, et contre-performance pour Ayanleh Suleiman. Le coach est pourtant sous le coup d’une enquête policière après la découverte de produits dopants, en particulier de l’EPO, dans l’hôtel de Sabadell servant de camp de base à son groupe. Mais les investigations se poursuivent, assure l’IAAF, dans l’attente également des résultats des contrôles anti-dopage effectués.

Jama Aden en compagnie de Genzebe Dibaba

Jama Aden en compagnie de Genzebe Dibaba

Jama Aden n’a rien changé à ses habitudes. En ce jeudi 30 juin, il trône sur la lice du stade de Barcelone. Il apparaît détendu et serein. Le coach somalien évoluant pour le Qatar est pourtant sous le coup d’une enquête policière après la descente effectuée par « Los Mosso Squadra », la police catalane, dans l’hôtel Arranoha de Sabadell, où il avait pris ses quartiers comme chaque saison depuis 2013.

L’homme a été escorté menotté jusqu’au poste de police pour une garde à vue qui a duré deux jours. Sa présentation devant le Juge d’instruction N°5 de Sabadell s’est conclue par une remise en liberté assortie d’une interdiction de sortie du territoire espagnol, d’un retrait de son passeport et d’une obligation de pointer devant la justice une fois par mois.

Jama Aden privé de tous ses passeports

Jama Aden est donc libre d’évoluer sur le territoire espagnol, et n’est nullement interdit de reprendre son activité d’entraîneur. D’où sa présence lors du meeting de Barcelone. Lorsqu’on interroge Kyle Barber, responsable des investigations à l’IAAF, qui a travaillé plusieurs années dans l’ombre sur le « cas » Jama Aden, sur la situation du coach et de son groupe, il explique : « Il n’y a pas grand-chose à dire. Il faut qu’on attende les résultats de l’autre enquête de police et judiciaire. Pour nous, on continue notre enquête pour avoir encore des informations, des renseignements. Nous sommes en contact avec les gendarmes. Vous êtes au courant qu’il a été libéré. Mais c’est normal. C’est une phase du procès là-bas. Il ne peut plus quitter le territoire espagnol, ils ont pris tous ses passeports. Il doit se présenter au contrôle tous les 15 jours. »

Cette remise en liberté de Jama Aden a alimenté l’idée qu’il serait en fait innocent, comme l’ont relayé son fils et Ayanleh Souleiman. Mais Kyle Barber s’oppose complètement à cette théorie : « C’est une phase du procès en Espagne. Ils font exactement pareil pour les meurtres ou les cambriolages. Ils sont passés devant un juge. Le juge décide sur deux critères. Le premier est de savoir si cette personne présente un danger immédiat pour quelqu’un d’autre. Le deuxième est si le juge pense qu’ils peuvent quitter le territoire espagnol pour éviter de se présenter au tribunal pour le procès. Pour le 1er critère, il n’y a pas un danger immédiat. Pour le 2ème, le juge a décidé de garder les passeports, de demander de se présenter tous les 15 jours, car il estime qu’il y a un danger qu’ils allaient quitter le territoire espagnol pour éviter de se présenter pendant la procédure. Déjà, ce n’est pas un mauvais signe, c’est un bon signe. »

Jama Aden, à Barcelone, pas à Monaco ou à Rio

Jama Aden a ainsi pu assister au meeting de Barcelone : « C’est normal car c’était en Espagne. Normalement, il ne pourra pas participer à Monaco. » Une interdiction de sortie du territoire qui devrait durer toute la durée de l’enquête : « Oui, tout à fait, c’est hors de notre contrôle. C’est la police. Je suis bien en contact avec eux. Pour voir où ils sont, où ils vont. Tout ce qui a été saisi pendant la perquisition est  à la police, cela fait partie de leur enquête. Nous, on reste en contact. Il faudra du temps avant que la piste soit finie avec eux. » Alors, Jama Aden pourra-t-il se rendre à Rio pour les JO ?? : « On ne peut pas savoir. Si l’enquête traîne, il doit respecter la décision espagnole, donc il ne peut pas aller à Rio. »

Concernant la trentaine d’athlètes du groupe Aden, la situation demeure encore incertaine. Les informations sur les contrôles anti-dopage effectués le 20 juin demeurent inexistantes. Kyle Barber avoue : « On n’a pas encore les résultats. On attend. Il n’y a rien de nouveau officiellement. Malheureusement je ne peux pas dire grand-chose. L’enquête de la police est sérieuse. En gros, on attend. Cela ne veut pas dire qu’on ne soit pas content. On est là où on voulait être. Ca valait le coup des 3 ans et demi qu’on a travaillé… »

Des infos très secrètes

En parallèle de la police, l’IAAF a également poursuivi sa propre enquête, comme le révèle Kyle Barber : « On a parlé avec pas mal d’athlètes la semaine dernière. On continue à faire marcher les renseignements, les entretiens. » Et quand on le questionne pour savoir si certaines informations données seront intéressantes pour la suite, il avoue : « Oui, oui, oui…. C’est clair que certains parmi eux essaient pas de balancer les autres, mais de se distancer de certains. Ils disent En fait, je ne m’entraînais pas trop avec eux, c’était parfois ici, parfois là, il y avait des échanges de mails, juste pour l’entraînement, pas en-dehors. Et 2 jours après on voit des choses sur Instagram ou Twitter, qui nous disent le contraire. »

Il y a donc une position officielle et des choses qui vous ont été dites en secret ?

  • Oui

Il y a peut-être de la peur ?

  • Tout à fait.

Dans ces propos, se trouve ainsi visé très directement Aleyman Souleiman, qui a affiché sur Instagram un soutien très fort à son coach, qui l’a amené cet hiver au record du monde du 1000 mètres. Sa prestation lors du meeting de Barcelone, où il termine 4ème en 1’45’’16, interpelle. Il y a un an presque jour pour jour, il avait bouclé le 800 m de Monaco en 1’42’’97.

Genzebe Dibaba, abandonne à Barcelone

La démonstration barcelonaise de Genzebe Dibaba s’est révélée encore plus déroutante. Elle s’élançait pour un 5000 mètres, sur des bases très rapides, passant en 8’41’’ au 3000 mètres, qui laissait projeter un chrono de 14’30’’. Mais l’Ethiopienne se stoppait brutalement, victime d’un malaise ou d’un problème musculaire, les versions divergent. Les images diffusées par les sites espagnols la dévoilent, boitant à sa sortie du poste de secours.

Kyle Barber a suivi avec attention sa course, informé par une personne présente sur place, dont le verdict est sans appel : « Il m’a dit qu’elle semblait lente, qu’elle n’avait pas d’accélération, qu’elle avait du surpoids. Ce n’est pas comme d’habitude. C’est assez intéressant. J’ai parlé avec elle. Je ne sais pas trop dans quel état elle est. Ca commence à être short pour se qualifier. On verra bientôt ! On en saura plus dans les 10-15 jours qui viennent. »

La période des énormes chronos du groupe Aden se serait-elle terminée avec la descente de la police espagnole ??

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : G.B.