L’étendue du problème du dopage au Kenya est apparue de manière encore plus forte en cette fin janvier 2015, avec l’apparition sur la liste diffusée par l’IAAF du nom de huit nouveaux marathoniens du Kenya contrôlés positifs.

photo pour dopage a

 

Huit nouveaux coureurs dopés, dont quatre femmes. Le bilan s’alourdit au Kenya avec la publication de ces suspensions. L’information d’une nouvelle vague de contrôlés positifs couvait depuis quelque temps, et voilà donc enfin la confirmation de cette rumeur.

Une liste légèrement écoeurante à analyser. A cause de l’ancienneté des dates de ces contrôles. Trois d’entre eux remontent à la fin de l’année 2012, soit à plus de deux ans ! C’est ainsi que Elizabeth Chelagat a été contrôlée positive le 2 décembre 2012 au marathon de Mazatlan au Mexique, que sa suspension a débuté le 20 janvier 2013 et qu’elle se trouve ainsi achevée à la date de sa publication officielle…

Pourquoi un tel décalage entre contrôle et information ? Le mystère demeure entier, et ne rassure pas vraiment sur le système. Sur les huit contrôles, un seul date de l’automne 2014, et tous les autres sont antérieurs à mai 2014.

L’autre point alarmant est celui du nombre important de femmes dans cette liste, avec 4 marathoniennes, qui reçoivent 2 ans de suspension, et pour AliceNdirangu, ce sont carrément 4 ans d’interdiction après qu’elle ait été contrôlée à Baja California au Mexique en décembre 2012.

Enfin, une autre surprise à décortiquer ces informations résulte de l’origine géographique des contrôles : Guatemala, Mexique, Macau, c’est dans ces pays que les marathoniens du Kenya se sont vus détectés et sanctionnés.

La confirmation que les sommes distribuées dans des marathons de notoriété moindre peuvent justifier à elles seules le recours au dopage de coureurs de niveau intermédiaire mais bien décidés à faire fructifier leur petit talent bien boosté par un dopant…

> Texte : Odile Baudrier

Étiquettes: