Francena Mc Corory championne du monde en 2011 et championne olympique en 2012 avec le relais 4 x 400 m US

Francena Mc Corory championne du monde en 2011 et championne olympique en 2012 avec le relais 4 x 400 m US

Le 400 mètres est sous la domination des sprinteuses américaines. En 2014 allait émerger Francena Mc Corory N° 1 mondial en 2014, nouvelle grande dame du tour de piste.

Lorsque Eddie Williams est interrogé sur les qualités de Francena Mc Corory, lui qui fut son premier coach au lycée de Bethel répond : « Francena a besoin de coups de pieds au cul. Si on lui fixe un cap, elle fait ce qu’on attend d’elle, elle respecte les règles. Mais si vous ne lui indiquez pas la bonne direction, elle prend cela comme une liberté ».

Ces propos, ce coach les tenait en 2012 dans le Daily Press peu avant les trials, round qualificatif pour les J.O. de Londres, un commentaire confirmé par ceux de Maurice Pierce, l’entraîneur qui allait prendre le relais dès 2006 pour conduire la carrière de cette spécialiste du 400 mètres. «

Celui qui emmena David Payne sur un podium olympique en 2008 sur 110 mètres haies, n’a jamais eu de doute sur les qualités athlétiques de cette grande perche originaire d’Hampton en Virginie. Sa mission première fut donc de convaincre celle qui remporta trois titres NCAA, qu’elle pouvait réussir au plus haut niveau mondial. Lui aussi se rappelle lui avoir botté les fesses, l’avoir exclue de la piste en la couvrant de jurons bien sentis. De déclarer : « Combien de fois suis-je rentré du stade avec des migraines à cause d’elle, elle me rendait fou. J’ai du faire face à beaucoup de frustrations ».

Il n’a plus à lui tirer les oreilles

Francena Mc Corory a donc cherché son couloir. Le bon. Dans l’ombre de ces femmes sculpturales en orbite sur la scène du 400. Telle Sanya Richards Ross, dominatrice et possessive de cet anneau de gloire.

Passée pro, Francena a tiré quelques très beaux seconds rôles, dauphine de la grande Sanya, aux côtés de cette tête couronnée dans le relais mondiaux du 4 by 4, championne du monde en 2011 et championne olympique l’année suivante sans se faire vraiment un nom, Sanya Richards Ross et Allysson Felix et son sourire diamant, captant tous les feux de la gloire.

2014 aura donc été la bonne année. 26 ans, l’âge de la maturité, pour esquiver et pousser de l‘épaule les « anciennes ». A Sopot lors du Mondial en salle, elle s’impose en 51’12 ». Premier titre mondial en solo qu’elle complète par une seconde médaille en or avec le relais US dans le 4 x 400 mètres. Presque aussi marquant son passage sous les 50 secondes. 49»48, l’été venu, lors des championnats nationaux disputés sur la piste mythique de Sacramento, cinquième américaine à descendre sous les 50 et meilleur temps mondial de l’année 2014.

Francena aborde donc cette saison 2015 avec une seule et unique ambition. Devenir championne du monde à Pékin. Maurice Pierce a fixé la feuille de route. Il n’a plus à lui tirer les oreilles, ni lui botter les fesses. Pour l’head coach des Hampton Pirates, le cap est donné. L’abordage est proche.

> Texte et photo : Gilles Bertrand