diniz londres aLorsque sur le plateau de France 2, Yohann Diniz affirme à propos de Bertrand Moulinet «Non, je ne le connais pas plus que cela », c’est tout le microcosme de la marche française qui s’égosille. Car les deux marcheurs se côtoient en compétition depuis 2007.  Au total, ils ont marché 16 fois ensemble dont 7 fois en équipe de France.

 

« Non, je ne le connais pas plus que cela. C’est un jeune qui progressait… ». 48 heures après la diffusion sur France 2 d’un documentaire consacré à une étude cobaye sur la prise de produits dopants pour juger des effets directs sur la performance, cette petite phrase n’a pas encore été digérée par la communauté des marcheurs.

Yohann Diniz qui affirme connaître Bertrand Moulinet guère plus qu’un vague cousin, la famille de la marche française s’est levée d’un bond pour crier au mensonge. Car Yohann Diniz, le recordman du monde du 50 km et Bertrand Moulinet récemment pris dans la nasse anti dopage se connaissent depuis fort longtemps. Il faut juste se plonger dans les bases athlé de Fédération Française d’Athlétisme pour  en avoir la preuve.

C’est en 2007 que les deux marcheurs se rangent pour la première fois ensemble sur une ligne de départ. A Niort, le 4 août pour un 20 km que Yohann Diniz remporte en 1h 23’16’’. Bertrand Moulinet alors âgé de 20 ans, termine 7ème en 1h 33’36’’. Un mois plus tard, Yohann Diniz est sacré vice champion du monde sur 50 km à Osaka.

Bertrand Moulinet à Londres sur 50 km

Bertrand Moulinet à Londres sur 50 km

Dès lors, leurs routes vont se croiser à maintes reprises. 16 fois au total autant sur 20 km que sur 50 km et même encore sur des 5000 m comme à Reims et à Compiègne par deux fois. Et par 7 fois en 6 ans, ils porteront ensemble le maillot de l’équipe de France notamment à Daegu puis à Moscou pour les Mondiaux 2011 et 2013 et bien entendu lors des J.O. de Londres  où Bertrand Moulinet vole la vedette à Yohann Diniz.

Yohann Diniz effectuant un bras d’honneur à Bertrand Moulinet

Certes, ils ne réalisaient aucun stage ensemble, certes ils ne faisaient pas chambre commune lors des compétitions internationales mais leurs destins étaient étroitement liés à travers une rivalité légendaire qui empoisonna la marche française trop longtemps. Les deux hommes, chacun de fort caractère, ne s’aimaient pas.  « C’était la haine » disent encore certains qui ont vu la famille de la marche se cloisonner en clans. Le souvenir d’un Yohann Diniz effectuant un bras d’honneur à Bertrand Moulinet n’a pas disparu des souvenirs. Un jour de 10 000 sur la piste du stade de Charlety, un mois juste avant le Mondial de Moscou, Kevin Campion l’emporte en 38’37’’02 devant un Yohann Diniz furax, estimant avoir été gêné par Bertrand Moulinet. La tension entre les deux hommes est à son comble.

Depuis, la situation s’était quelque peu détendue pour preuve cette image, deux hommes enlacés  sur la ligne d’arrivée des récents championnats de France des 20 km disputés à Arles le 8 mars dernier. 1h 17’02’’ pour Yohann Diniz établissant un éphémère record du monde, 1h 19’18’’ pour Bertrand Moulinet record personnel battu soit 54’’ de mieux que son ancien record établi lors de son envolée des J.O. de Londres.

Certes l’art du direct TV à heure de grande écoute reste un exercice délicat même pour un Yohann Diniz pourtant habitué des plateaux.  Lors de cette table ronde, il démontrait son aisance lors d’une réplique à propos des produits dopants « moi mon agent stimulant, c’est le pinard ».  Pour aussitôt se prendre les pieds dans le tapis. La marche, c’est toujours une question de contact.

> Texte Gilles Bertrand

Étiquettes: