Le 800 mètres français compte un nouveau talent. Claudia Saunders n’a que 21 ans, elle vaut 2’00’’63, chrono réalisé aux Etats-Unis, où elle vit depuis sa naissance. La jeune athlète bénéficiait de la double nationalité, elle a fait le choix de représenter la France dans le futur.

 

saunders horizontal

Le 800 mètres du Meeting Areva comportait une surprise de choix, complètement passée inaperçue. La jeune Claudia Saunders y évoluait au couloir 2, ses 2’02’’55’’ et sa 10ème place n’ont évidemment pas attiré l’attention du public. Et pourtant, elle était bel et bien la seule Française en lice dans cette épreuve.

Claudia Saunders s’est présentée au Stade de France comme Américaine, mais la réalité est différente, elle compte désormais parmi les talents de l’athlétisme français. Cette jeune fille, française par sa mère, a fait le choix de représenter dans l’avenir la France, où les perspectives offertes par son record de 2’00’’63 établi à la mi-juin sont énormes face à un contexte américain plus dense, avec 12 filles capables de descendre sous cette marque.

Côté Français, cette performance la situerait cette saison au 2ème rang National, juste derrière Renelle Lamotte. Toutes les deux encore espoir, Claudia a tout juste 21 ans.

Un gros potentiel qui s’est épanoui aux Etats-Unis, d’abord dans l’Ohio, à partir de l’âge de 14 ans, où elle a touché aux haies, au cross, à la perche, puis à l’Université de Stanford, où elle a été recrutée il y a trois ans pour renforcer l’équipe d’athlétisme, tout en étudiant les relations internationales et l’espagnol.

2ème au Championnat NCAA en juin

Une recrue de choix, qui a fait honneur à cette université réputée, en terminant 2ème des Championnats NCAA en cette mi-juin, son chrono de 2’00’’63 marquant une nouvelle marque personnelle gommant ses 2’01’’79. Mais correspondant aussi à un nouveau record pour l’Université de Stanford, elle effaçait la précédente référence de Justine Fedronic, étudiante française à Stanford, que Claudia a beaucoup côtoyée durant leurs années communes à Palo Alto, et qui a contribué à la familiariser avec l’athlétisme français.

Chris Miltenberg, son entraîneur, n’est autre que le directeur du programme d’athlétisme de l’Université de Stanford, et cet expert est convaincu des possibilités futures de Claudia : « Il pense que je courrai en 1’59’’ dès l’année prochaine. » Et en France, cette marque pourrait lui ouvrir la porte d’une sélection olympique pour les JO de Rio.

Claudia rit en avouant : « Ca fait drôle de parler des JO. Ce sera mon objectif dès 2016. » Et cette jeune fille volontaire a déjà bien tracé la suite de sa carrière dans son esprit : un statut de professionnelle de l’athlétisme pendant 4 ans, puis la reprise d’études, cette fois dans le droit…

Pour sa première incursion sur le territoire français, Claudia avait attiré toute sa famille par sa mère à venir l’applaudir. Son option pour le drapeau bleu-blanc-rouge n’a suscité que des commentaires positifs de ses proches. Durant sa semaine parisienne, Claudia a obtenu le précieux passeport France, et  a informé Bernard Amsalem de son choix pour le futur. Elle en a aussi profité pour faire une incursion à Fontainebleau du côté du groupe de Thierry Choffin, et elle a passé de bons moments à échanger avec Renelle Lamotte. Et quand on lui souffle que celle-ci sera bientôt sa principale rivale, elle sourit en soulignant : « Rivale sur la piste. Pas en-dehors ! » Selon une conception très américaine du sport de haut niveau…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photos : Gilles Bertrand</li>